Octobre rose : le tabac et les femmes, un mauvais mariage


1er octobre 2021

Le tabac est un facteur d’accroissement des risques de cancers féminins à ne pas négliger, mais sur lequel on peut agir !

 

Photo Phovoir

A l’occasion d’Octobre Rose, l’ACT-Alliance contre le tabac informe sur l’impact peu connu du tabac sur les cancers du sein, des ovaires et du col de l’utérus. Le tabagisme actif comme passif augmentent les risques de développer ces maladies. Toutefois ce n’est pas une fatalité, on peut agir sur ce facteur. L’ACT encourage toutes les femmes, pour limiter ces risques et pour préserver leur santé, à ne pas entrer dans le tabac ou à s’en libérer.

 

Cancers du sein, du col de l’utérus et des ovaires : le tabac, un facteur de risques sur lequel on peut agir !

  • Les effets dévastateurs du tabac sur les poumons sont connus mais on connait moins l’impact du tabac sur les cancers du sein, du col de l’utérus et du cancer des ovaires chez la femme.
  • Plus d’un cancer d’1 sein sur 10 est attribuable au tabagisme (11,9%). Pour une femme qui fume le risque supplémentaire de développer un cancer du sein est accru de 21%[1]. Cet impact du tabagisme sur le risque de cancer du sein ne diminue que progressivement après l’arrêt, ce qui doit inciter à arrêter de fumer le plus tôt possible.
  • Le tabac augmente également les risques d’autres cancers féminins tels que le cancer du col de l’utérus et des ovaires. Chez une fumeuse, le risque de développer un cancer des ovaires est multiplié par 2[2]. La part attribuable au tabac est de 9% pour le cancer du col de l’utérus et de 18% pour le cancer des ovaires[2]. Des surrisques qu’il ne faut absolument pas négliger et sur lesquels il faut informer !
  • Il est donc important d’arrêter de consommer du tabac le plus tôt possible pour les femmes qui fument, et de ne pas commencer pour les plus jeunes.

« Surrisques de développer des cancers des seins, des ovaires et du col de l’utérus, surrisques de développer des maladies cardiaques, danger pour le fœtus pour celles qui souhaitent être mère ! Le tabac met à mal le corps des femmes et leurs vies. Les fumeuses sont trop peu informées sur les risques spécifiques liés au tabac qui pèsent sur leurs vies et leur santé. Il y a urgence, deux fois plus de femmes décèdent aujourd’hui du tabac qu’il n’y a 20 ans[3]. » alerte le Pr. Loïc Josseran, médecin, professeur de Santé Publique à l’Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, Président de l’ACT-Alliance contre le tabac.

 

Le tabagisme féminin : une urgence de santé publique ! 

·                     De plus en en plus de femmes décèdent chaque année du tabac en France : 20 000 par an[4].

·                     Le tabac est aujourd’hui responsable d’1 décès sur 5 chez les femmes de moins de 65 ans[5].

·                     De plus en plus de femmes fumeuses sont hospitalisées prématurément pour des accidents cardiovasculaires et pour des cancers du poumon.

·                     Ces 20 dernières années, la mortalité par cancer du poumon a augmenté de plus de 70% chez les femmes alors qu’elle a diminué de 15% chez les hommes[6].

·                     Les hospitalisations pour infarctus du myocarde ont augmenté de 5% par an entre 2005 et 2014 chez les femmes de 45 à 54 ans, âge auquel une femme ne devrait pourtant pas faire ce type d’accident[7].

·                     Augmentation des risques de cancers féminins (cancer du sein, des ovaires et du col de l’utérus).

·                     Baisse de la fertilité[8] et risques pour le fœtus[9] pour celles qui souhaitent être mères

·                     Le tabac chez la femme a encore une image trop positive dans l’esprit des Français. Plus de 40% pensent qu’une femme qui fume est une femme libre, alors que si l’on pose la question sans spécification du genre : « Fumer est-il plutôt une dépendance ou une liberté ? » à ce même panel : plus de 80% répondent qu’il s’agit d’une dépendance[10].

·                     Pendant des années, l’industrie du tabac a créé à travers le cinéma, la photographie, la mode, la publicité, l’image de la femme forte, libre, glamour ou sexy qui fume. Cette image a été si bien intégrée qu’encore aujourd’hui, sans publicité directe de l’industrie du tabac, cette représentation de la fumeuse libre persiste.

·                     Pourtant le tabac est tout sauf une liberté, surtout lorsque l’on sait qu’une femme, par le poids des normes psychosociales qui pèsent sur elles et par certains facteurs biologiques, peut-être plus dépendante qu’un homme à la cigarette[11].

·                     Pour réduire le nombre de vies de femmes prises par les cancers et autres maladies liées au tabac, pour le bien-être des femmes en France : il faut informer et lutter contre le tabagisme féminin – En savoir plus.

 

 

Source - ACT-Alliance contre le tabac

 



[1] Gram IT, Little MA, Lund E, Braaten T. The fraction of breast cancer attributable to smoking: The Norwegian women and cancer study 1991–2012. Br J Cancer 115, 616–623 doi: 10.1038/bjc.2016.154

[2] Cao B, Hill C, Bonaldi C et al. Cancers attributable to tobacco smoking in France in 2015. Eur J Public Health 2018; 28: 707-12

[3] Olié V, Pasquereau A, Assogba FAG et al. Changes in tobacco-related morbidity and mortality in French women: worrying trends. Eur J Public Health 2020;30:380-5et Bonaldi BEH 2019

[4] Olié 2020 et Bonaldi BEH 2019

[5] Olié 2020 et Bonaldi BEH 2019

[6] Olié V, Pasquereau A, Assogba F A.G et al. Évolutions de la morbidité et de la mortalité liées au tabagisme chez les femmes en France métropolitaine : une situation préoccupante. Bull Epidémiol Hebd. 2018;(35-36):683- 94.http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2018/35-36/2018_35-36_1.html  

[7] idem

[8] Wesselink AK, Hatch EE, Rothman KJ et al. Prospective study of cigarette smoking and fecundability. Hum Reprod 2019;34: 558–67

[9] Berlin I. Risques associés au tabagisme maternel pendant la grossesse. Attention particulière aux conséquences post-natales. Bull Acad Natl Med 2019 ; 203 : 528-34. Doi : 10.1016/j.banm.2019.07.011.

[10] Les indicateurs de l’ACT #2

[11] https://www.revmed.ch/view/532972/4314293/RMS_478_1298.pdf