Six propositions de la Ligue contre le cancer pour réduire les inégalités face à cette maladie


9 mai 2019

La Ligue contre le cancer, mouvement populaire présent à travers le territoire français grâce à ses 103 Comités départementaux, souhaite porter la parole des malades du cancer, des chercheurs et des bénévoles dans le cadre du « grand débat national ». Si la Ligue salue cette initiative, elle regrette l'absence de la santé dans les thématiques retenues. Les problématiques de santé font territoire. Accès aux soins, pénurie de médicaments, déserts médicaux sont autant de sujets qui préoccupent les Français dans leur quotidien. Tous les jours, la Ligue et ses comités départementaux constatent sur le terrain l'accroissement des inégalités qui a pour conséquence de précariser toujours plus les personnes affectées par le cancer. 

 

 

Dans le cadre du « grand débat national », la Ligue dévoile donc ses six propositions qui contribuent à réduire les formes d'inégalités face au cancer et donner des outils aux citoyens et citoyennes pour leur permettre de préserver leur santé.

 

1- Une meilleure régulation des prix des médicaments pour permettre l'accès au meilleur traitement pour toutes les personnes malades

La Ligue défend  une équité d'accès pour les personnes malades dont l'état justifie la prescription.

Face aux problèmes de pénuries et ceux de l'inflation des prix des nouveaux médicaments, ce droit constitutionnel à « la protection de la santé » doit être protégé et défendu. Cela passe par des prescriptions justes, fondées sur des recommandations et un registre suivi par des instances indépendantes. Cela impose aussi que les considérations financières, liées aux prix des traitements, ne puissent être considérées dans le choix de la meilleure prescription.

 

2- La vaccination gratuite contre le papillomavirus pour les filles et les garçons au collège

Les papillomavirus sont des virus sexuellement transmissibles. Chaque année, en France, les papillomavirus humains (« HPV ») sont à l'origine de plus de 6 300 cancers : col de l'utérus (2900), pharynx (amygdales, 1400), anus (1512), vulve, vagin, pénis (500) (...). Avec un des taux de couverture vaccinale le plus bas d'Europe (20%), la France est loin derrière l'objectif fixé de 60% dans le Plan cancer 2014-2019 pour les filles. Le cancer de l'utérus, un des rares cancers dont le taux de survie à cinq ans est en diminution. Face à ce retard, à ces pertes de chance, à l'inégalité de prise en charge garçon/fille, la Ligue demande la généralisation et la prise en charge à 100% du vaccin, au collège, pour les filles comme pour les garçons. 

 

3-Une meilleure prise en compte des facteurs de risques environnementaux dans le parcours professionnel des personnes malades

La Ligue demande que soit désormais mise en place l'utilisation des connaissances développées sur l'exposome, c'est-à-dire l'ensemble des expositions nocives environnementales, comportementales et professionnelles auquel est soumis un individu tout au long de sa vie. Aussi pour que les citoyens et employés puissent faire reconnaître le rôle des facteurs de risque dans le cadre environnemental et professionnel qui est souvent ignoré une fois la maladie déclarée, la Ligue demande le respect de la remise et de l'accès des fiches d'exposition professionnelle pour les employés et la possibilité pour qu'une fiche sur les risques d'expositions professionnelles soit intégrée dans le Dossier Médical Partagé. 

 

4-Le retour à la vie sociale pour les personnes malades après un cancer lié à une exposition professionnelle 

L'accès au droit à la réparation pour les personnes malades après un cancer lié à une exposition (professionnelle ou environnementale) est trop disparate et aléatoire. Il doit être l'objet d'une meilleure organisation avec une plus rapide actualisation des tableaux des cancers professionnels au vu des connaissances. Cela nécessite également une information et mise en œuvre des droits de la personne malade et du grand public sur les possibilités de réparation et droits afférents aux maladies professionnelles. Et par conséquent une formation initiale et continue des professionnels de santé et des services sociaux sur les enjeux de la reconnaissance et de la réparation en maladie professionnelle. Par ailleurs, le maintien et le retour à l'emploi après un cancer doivent être pris en charge dans le cadre de l'accompagnement lors de la maladie. 

 

5- Une meilleure information des consommateurs sur la toxicité des produits : création du « Toxiscore »

Fournir une information simple accessible à tous et directement accessible dès le choix d'achat constitue une première bonne façon de réduire les inégalités d'accès à l'information et d'exposition à des cancérogènes. Aussi à l'instar du Nutriscore, l'étiquetage des produits de consommation courante doit informer précisément et simplement le consommateur au-delà du secteur de l'alimentation (produits ménagers, de décoration, bricolage, phytosanitaires). Le Toxi-score devra renseigner les consommateurs sur la toxicité des produits (présence de perturbateurs endocriniens, pesticide...) et aura vocation à être développé au niveau européen.

 

6- La mise en œuvre du Parcours éducatif en santé sur tout le territoire

Afin d'assurer une équité dès le départ en matière de santé et que ne se creusent pas dès le plus jeune âge les inégalités de santé, l'enseignement et l'éducation doivent offrir les meilleurs chances d'acquérir les bons réflexes en santé. Parce que les parents et l'école sont les vecteurs essentiels de l'éducation des enfants et qu'elle passe par des apprentissages et un environnement qui font la promotion et la protection de la santé.   La Ligue demande la mise en œuvre, d'ici trois ans, du Parcours éducatif de santé dans 100% des établissements scolaires, de la maternelle au lycée et la reconnaissance et la mise en place d'un label établissement promoteur de santé pour les établissements exemplaires dans l'installation d'un environnement respectueux de la santé des élèves et du parcours éducatif.

 

 

Source Ligue contre le cancer / Théragora avril 2019