La bronchiolite


VPVC103 – –

La bronchiolite

 

La bronchiolite est une maladie des petites bronches due à un virus répandu et très contagieux. Chaque hiver, elle touche près de 30 % des nourrissons. Le traitement est maintenant bien établi, mais il faut insister sur l'importance des mesures de prévention.

La bronchiolite est une infection virale épidémique, survenant chez des enfants de moins de deux ans, principalement en hiver. L'infection entraîne une inflammation aiguë des bronchioles (petits conduits respiratoires des poumons).

 

L'inflammation explique les symptômes

Cette inflammation provoque une obstruction des bronchioles. L'air ayant du mal à passer au cours des mouvements respiratoires, produit un sifflement caractéristique et très sonore.

La bronchiolite se manifeste par une respiration accélérée (polypnée) et une distension thoracique. En fin d'expiration, on entend des râles crépitants (bruit de l'air passant au travers des sécrétions en faisant de la mousse).

Le signe caractéristique est le "wheezing". C'est un sifflement généralement audible à distance, qui est dû à la destruction de la muqueuse de l'arbre respiratoire entraînant obstruction et inflammation.

L'obstruction nasale est variable en fonction de l'âge du nourrisson mais plus marquée chez les sujets jeunes.

 

Un problème de santé publique

En France, on estime que près de 500 000 nourrissons présentent une bronchiolite chaque année (30 % de la population des nourrissons). C'est la plus fréquente des manifestations respiratoires chez le nourrisson avant 2 ans. De plus, le nombre d'enfants touchés par cette infection augmente régulièrement depuis les années 2000 de près de 10 % tous les ans.

Elle touche surtout les garçons (60 %) et tout spécialement entre 2 et 7 mois. La bronchiolite est très contagieuse, transmise de nourrisson à nourrisson et d'adulte à nourrisson.

L'évolution est généralement favorable

Dans la plupart des cas, l'évolution va rapidement vers la guérison. Les signes d'obstruction durent 8 à 10 jours. Une toux résiduelle peut persister encore une quinzaine de jours. Dans de rares cas, la détresse respiratoire peut imposer l'hospitalisation.

 

Infection virale, mais possibilité de surinfection bactérienne

Chez la moitié des enfants, l'infection virale (Virus Respiratoire Syncitial dans 80% des cas) se complique d'une colonisation bactérienne. Cependant, colonisation ne signifie par surinfection. On ne posera le diagnostic de surinfection bactérienne qu'en présence d'une fièvre élevée, d'une otite, de sécrétions bronchiques mucopurulentes, voire d'un foyer pulmonaire ou d'une anomalie à la numération formule sanguine.

 

Episode unique, le plus souvent

Le quart, au maximum la moitié des enfants selon les études, présentent des rechutes. A partir du troisième épisode obstructif, on peut parler de crise d'asthme et non plus de bronchiolite, et il est alors d'usage d'utiliser le terme 'd'asthme du nourrisson".

 

Faut-il hospitaliser ?

La plupart des bronchiolites peuvent être traitées à domicile. Toutefois, l'hospitalisation s'impose en présence d'un des critères de gravité, tels qu'une altération importante de l'état général, que la survenue d'une apnée, d'une cyanose. De même, si la fréquence respiratoire est supérieure à 60/min ou chez les nourrissons de moins de 6 mois ou les prématurés, la prise en charge hospitalière est nécessaire.

 

------

La priorité : éviter la contagion

La bronchiolite est très contagieuse. En conséquence, il convient de prendre toutes les précautions pour éviter de transmettre le virus.

Se laver systématiquement les mains à l'eau et au savon avant de s'occuper d'un bébé.

Ne pas emmener le nourrisson dans des lieux publics où il pourra se trouver en contact avec des personnes enrhumées (transports en commun, centres commerciaux, hôpitaux, etc.).

Eviter d'échanger dans la famille, les biberons, sucettes, couverts non nettoyés.

Ne pas exposer le nourrisson à des environnements enfumés qui risquent d'aggraver la maladie.

Veiller à une aération correcte de la chambre tous les jours.