Avoir de bonnes veines


VPVC104 – –

Avoir de bonnes veines

Si la circulation du sang dans les artères est assurée par la poussée du c'ur, relayée par la contractilité artérielle, il en va tout autrement dans les veines. En effet, pour retourner au c'ur, le sang doit vaincre la pesanteur en étant propulsé par l'action des muscles des membres inférieurs. Ceci n'est possible qu'avec la mise en jeu d'un système ingénieux de valvules.

""

 

Les veines de nos jambes sont organisées en deux réseaux : un réseau de veines profondes insérées entre les muscles et les os, et un réseau de veines superficielles, parfois visibles sous la peau. Ces deux réseaux communiquent largement entre eux par les perforantes. Tout le but de cette structure de retour est de repousser le sang du réseau superficiel vers le réseau profond.

Les valvules ont un rôle essentiel dans la circulation veineuse. Ce sont des clapets qui fonctionnent comme une porte à double battant ne s'ouvrant que dans un seul sens, pour fermer le conduit veineux et empêcher que le sang circule à contre-courant. Elles s'opposent ainsi aux effets de la pesanteur sur la colonne sanguine, dès lors que celle-ci est soumise à la gravité terrestre (position assise ou debout).

 

La marche favorise le retour

Lors de la marche, l'écrasement du sang contre la voûte plantaire est l'initiateur du mouvement de chasse vers le haut. Les muscles du pied, et surtout les os et les articulations, exercent un effet compressif propulsant le sang veineux vers le haut, le relais étant pris ensuite par les muscles du mollet, beaucoup plus puissants. Interviennent ensuite les contractions des muscles des jambes, notamment des muscles du mollet ; leur contraction est tellement puissante qu'on les a appelés le 2e c'ur ou 'c'ur périphérique' ! Leur contraction chasse le sang veineux des membres inférieurs. On comprend ainsi l'intérêt de l'exercice physique et de la marche dans la prévention de l'insuffisance veineuse.

 

A l'étage abdominal et thoracique ou au repos, c'est surtout le diaphragme qui intervient dans le retour veineux. Ce muscle agit à chaque mouvement d'inspiration comme une pompe aspirante qui crée une dépression et attire le sang veineux vers le c'ur.

 

La contention évite la dilatation des veines

La paroi veineuse est fine, très élastique, ce qui lui permet de se dilater ; mais elle est fragile. Elle est schématiquement composée de 3 éléments principaux qui ont des fonctions différentes. La charpente de la paroi veineuse est constituée de fibres élastiques, de fibres collagènes et de fibres musculaires. Ce sont elles qui donnent leur forme aux veines ainsi que leur tonus. La couche interne de la paroi veineuse, qui est en contact avec le sang contenu à l'intérieur de la veine, s'appelle l'endothélium. Cette couche au contact du sang commande les modifications de la structure veineuse et l'état de contraction ou de dilatation des veines. La paroi veineuse comporte également des replis appelés valvules disposées de façon étagée.

 

Conclusions pratiques

Il faut marcher : ceci favorise le retour du sang veineux.

A chaque occasion, se doucher les jambes à l'eau fraîche : ce geste corrige la dilatation des veines.

Il faut porter des bas de contentions : cela permet de diminuer le diamètre des veines et pousse le sang vers les veines profondes (sens normal de la circulation).

 

Icono AFL