L'âge de ses artères


VPVC111 – –

Quel est l'âge de vos artères ?

 

 

L'hypertension artérielle (HTA) malmène nos vaisseaux sanguins et provoque des anomalies de la paroi des artères. Lorsque la maladie touche les artères du cerveau, du c'ur, des yeux' des pathologies beaucoup plus graves peuvent apparaître comme l'infarctus du myocarde ou les accidents vasculaires cérébraux. On dit que l'HTA est un facteur de risque vasculaire. De même, le diabète, le cholestérol, l'obésité'


Parler de facteur de risque fait appel à une notion très abstraite, reposant sur les probabilités. Dire que tel sujet a 2 fois plus de « chance » qu'un autre de faire un infarctus, n'est pas très démonstratif, surtout si le risque est de quelques pour cent. C'est pour cette raison que le comité français de lutte contre l'HTA a développé un autre concept : l'âge des artères.

 

On a l'âge de ses artères


Et, celui-ci peut être plus élevé que l'âge de l'état civil ! Grâce aux études menées depuis de nombreuses années, il est maintenant possible d'estimer l'âge de ses artères au moyen d'un test en 6 questions. Ces questions explorent les caractéristiques de sa santé et de son mode de vie, facteurs qui influencent la rapidité de vieillissement des artères.

Par exemple, un homme de 50 ans, non fumeur ayant une tension artérielle de 14 cm de mercure, un cholestérol à 1,8 grammes aura un âge artériel de 50 ans. Par contre si son cholestérol est de 2,2 grammes, ses artères auront 57 ans, même âge avancé si sa tension est de 15. Et si ce même sujet fume, ce n'est plus 57 ans qu'ont ses artères, mais 72 ans !

Ce test montre de façon simple les conséquences des facteurs de risque sur nos artères. Ainsi informé, qui acceptera de d'accélérer son vieillissement par négligence ou de mauvaises habitudes de vie ?

Ce test est disponible sur le site www.comitehta.org .

Page

http://www.comitehta.org/testez-vous/quel-est-votre-age-vasculaire/

 

 

Les risques du vieillissement artériel


Les risques sont rarement immédiats. En fait, l'hypertension artérielle est insidieuse, sans symptômes. C'est pourquoi bien qu'un mauvais fonctionnement des artères par un manque de souplesse, soit à l'origine de l'hypertension, la plupart des patients ne se sente pas malade. Mais cette maladie « silencieuse » va favoriser la survenue d'autres maladies du cerveau, du c'ur, des reins ou des artères qui elles vont provoquer des signes. C'est pourquoi l'on parle aussi de l'hypertension comme d'un « facteur de risque », ce qui indique que l'hypertension accélère la survenue d'autres maladies cardio-vasculaires.

Ainsi, la gravité de l'hypertension tient à ses conséquences à long terme sur différents organes :

le cerveau : risque d'accident vasculaire cérébral, soit « attaque » avec séquelle à type de paralysie, liée à l'occlusion d'une artère irriguant le cerveau), soit plus rarement hémorragie cérébrale par rupture d'un vaisseau ;

le c'ur : risque d'infarctus du myocarde ou de défaillance cardiaque ;

les artères : rigidification des parois ;

les reins : insuffisance rénale et risque de devoir recourir à la dialyse (rein artificiel).