Les verrues


VPVC115 – –

Les verrues

Certes bien gênantes, mais sans gravité, les verrues sont de petites lésions cutanées qu'il faut traiter sérieusement si on veut s'en débarrasser et surtout ne pas contaminer son entourage. Faisons le point.

 

Les verrues sont dues à des virus, de la famille des papillomas. Ces virus favorisent la multiplication des cellules de l'épiderme. Comme ces cellules sont disposées en couches sur un tissu de soutien (le derme), elles ne peuvent pousser qu'en épaisseur, créant ainsi une excroissance, la verrue. Ces virus sont contagieux et se transmettent par les squames de la peau (petites pellicules constituées de cellules de peaux mortes) des personnes infectées. Le temps de latence entre la contagion à la piscine ou au club de gym et l'apparition de la verrue est de plusieurs mois. Ceci explique qu'il soit difficile d'identifier l'origine de la contamination.

 

Il y a verrue et verrue

Il existe quatre grands types de verrues. Les verrues les plus courantes sont les verrues dites vulgaires. Elles apparaissent surtout sur les doigts ou sur le revers de la main, elles sont épaisses de couleur grise ou jaunâtre. Les verrues planes sont lisses, rondes, regroupées par colonies sur le visage ou le dos des mains. Les verrues plantaires apparaissent comme leur nom l'indique sur la plante des pieds. Celles-ci poussent en creusant dans le derme et sont souvent douloureuses. Les crêtes de coq (condylomes acuminés) se développent sur les parties génitales et sont très contagieuses.

 

Le traitement accélère la guérison

Classiquement, les verrues guérissent toutes seules, tout du moins dans la majorité des cas. Mais chacun sait qu'il faut plusieurs mois pour en être débarrassé. Le traitement accélère nettement la guérison.

Les verrues n'entraînent normalement pas de complication. Il n'est donc pas nécessaire de se précipiter chez son médecin, si l'aspect est typique. Ceux qui ont déjà eu des verrues savent les reconnaître, sinon le pharmacien vous aidera à poser le diagnostic. Par contre, on consultera si on hésite sur l'origine d'une excroissance cutanée, quand les verrues deviennent gênantes ou quand elles ne cicatrisent pas en quelques mois.

Le traitement dépend en fait, de l'endroit où se trouvent la verrue et de la gêne qu'elle occasionne. Le traitement classique des verrues consiste à les brûler à l'aide de solutions acides, d'azote liquide (cryothérapie) ou de rayon laser. Plusieurs séances sont généralement nécessaires, espacées de quelques jours à quelques semaines. Une légère douleur peut être ressentie, elle est sans gravité.

 

Le pharmacien conseillera le traitement adapté

Le plus souvent, on conseille un traitement local à base d'acide salicylique. Ce sont des kératolytiques, c'est-à-dire qu'ils assurent l'élimination des couches superficielles de la peau. L'application régulière de ce traitement sur les verrues permet la guérison dans plus de 75 % des cas. Il existe plusieurs préparations de marques différentes. Ainsi, par applications successives et répétées, limitées à la surface de l'excroissance, il est possible de faire disparaître la verrue. Ces produits sont en général bien tolérés et ils n'induisent aucune douleur et sont généralement discrets.

La cryothérapie dont l'utilisation était, jusqu'à présent, réservée au dermatologue est maintenant disponible en vente libre, en pharmacie. Il s'agit d'un dispositif composé d'un aérosol qui délivre une température de - 50° C sur un embout en mousse, grâce auquel, on "gèle", dans un délai de trente secondes à une minute, la verrue. Quasiment indolore et extrêmement facile d'utilisation, cette technique s'avère tout aussi performante que celles réalisées en cabinet de dermatologie.

""