Proximité et rôle social du pharmacien


VPVC120 – –

La proximité, le rôle social du pharmacien

 

Par mission et par essence, la pharmacie tient une place essentielle dans la chaîne du médicament. Mais, c'est plus par passion et nécessité voire par vocation que votre pharmacien joue un rôle social fondamental. Sans la proximité et la disponibilité des officinaux, les patients seraient nombreux à se sentir désarmés face à la réalité de soucis de santé et de vie.

Nous le savons tous, les pharmaciens s'engagent souvent dans l'aide pour leurs concitoyens. Pharmacien pompier dans son village, pharmacien bénévole dans une organisation humanitaire, pharmacien membre d'une association caritative, préparatrice volontaire à la Croix Rouge, pharmacien membre d'une association locale, nous avons tous croisé un jour un de ces officinaux qui, comme d'autres, donnent de leur temps. Le choix de leurs études est d'ailleurs souvent lié à l'aspect profondément humain du métier, à cette relation particulière qui s'établit entre un malade et le professionnel de santé.

 

Si cet investissement social mérite notre admiration, nous oublions parfois combien toutes les pharmacies contribuent à la vie sociale de notre pays. Parce que cela nous semble naturelle, nous nous tournons fréquemment vers la pharmacie dès que nous cherchons une personne de confiance pour nous conseiller en matière de santé.

 

Alors, bien sûr, la loi définit ce rôle dans ses textes. L'éducation pour la santé est une obligation déontologique pour le pharmacien. L'article R. 4235-2 du Code de la santé publique stipule que le pharmacien "doit contribuer à l'information et à l'éducation du public en matière sanitaire et sociale". De même, l'article L. 5125-1-1 A du même Code définit clairement les missions des pharmaciens d'officine. Il précise que les officinaux "contribuent aux soins de premier recours" (comme l'éducation pour la santé, la prévention et le dépistage) et qu'ils "peuvent participer à l'éducation thérapeutique et aux actions d'accompagnement de patients". Mais, ne négligeons jamais le fait que pour remplir ces missions, une notion demeure incontournable : la proximité du pharmacien.

 

Voilà ce qu'écrivait ATD Quart Monde dans un article en mai 2010. « Que le pharmacien soit pivot de santé n'est pas un vain mot quand on observe les pathologies graves dont sont atteint certaines personnes en situation de précarité. Pour eux, le contact avec le pharmacien est au minimum mensuel. Il est indispensable qu'un contact de confiance s'établisse. Il est le professionnel qu'on peut rencontrer facilement quand on en a besoin. » L'article poursuivait, « il a un rôle de proximité, est à l'écoute et permet de créer une relation privilégiée avec les personnes qui le souhaitent, il s'attribue une fonction sociale et d'éducation à la santé. »

 

Le pharmacien occupe une place privilégiée pour accompagner les patients dès l'annonce du diagnostic, il représente alors un réel soutien pour eux et leurs proches. Nous avons tous été témoins de l'écoute sincère apportée par un officinal à une personne dans l'angoisse. Dans nos quartiers, dans nos villages, nous connaissons bien les liens qui unissent l'équipe de la pharmacie à ses « clients » qui viennent pour discuter, se confier, trouver du réconfort ou tout simplement une présence.

 

Alors, souvenons-nous aussi que cette accessibilité, cette facilité des contacts, cette bonne connaissance des personnes sont étroitement liées à la nécessité que la pharmacie soit géographique proche de nous. Après la désertification médicale, prenons garde de perdre notre pharmacie de proximité.

Alain Grollaud

 

""