L'espérance de vie en bonne santé


VPVC123 – –

Espérance de vie en bonne santé

Le débat sociétal sur l'allongement de la durée de vie et les retraites a fait émerger une notion nouvelle : l'espérance de vie en bonne santé. L'objectif des autorités médicales n'est plus seulement de procurer un allongement de l'espérance de vie, mais un allongement de la vie en bonne santé. Même si ce concept n'est pas facile à définir, on peut dire que les Français s'en tirent plutôt bien.

 

La donnée sociomédicale la plus remarquable de notre époque est sans conteste l'augmentation de la durée de vie. Bonne nouvelle, s'il en est, mais dont les conséquences sont si importantes sur l'organisation de notre société que l'on se doit de définir quelques notions, si l'on veut comprendre les débats sur ce sujet, qui nous concernent tous.

 

Espérance de vie ou les années qui restent à vivre ' en moyenne

L'espérance de vie à la naissance représente la durée de vie moyenne -autrement dit l'âge moyen au décès- d'une génération à un moment donné soumise aux conditions de mortalité de ce moment. Plus généralement, l'espérance de vie à un âge x est le nombre moyen d'années restant à vivre au-delà de cet âge x (ou durée de survie moyenne à l'âge x), dans les conditions de mortalité par âge de l'année considérée.

Soyons concrets : en 2013, l'espérance de vie à la naissance pour un homme est de 79 ans (85 pour une femme) et de 23 et 27 respectivement pour un homme et une femme à l'âge de 60 ans. Ce qui veut dire que les hommes ayant atteint l'âge de 60 ans ont, en moyenne, encore 23 ans devant eux. Rappelons une évidence, ceux qui sont morts avant 60 ans ne rentrent plus dans les prévisions, ce qui augmente d'autant l'espérance de vie.

On le voit, cette notion est statistique et ne dit rien sur le cas de chacun qui a son passé, son hérédité, ses facteurs de risque. De plus, l'espérance de vie ne dit rien de la qualité de vie des sujets. D'où la notion d'espérance de vie en bonne santé.

""

 

Espérance de vie en bonne santé ou sans incapacité ?

Classiquement, pour l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), l'espérance de vie en bonne santé (à la naissance ou à un âge x), ou années de vie en bonne santé (AVBS) représente le nombre d'années en bonne santé qu'une personne peut s'attendre à vivre (à la naissance ou à partir de cet âge x).

Mais attention, ce qu'il faut bien retenir c'est que dans cette définition, une bonne santé est définie par l'absence de limitations d'activités (dans les gestes de la vie quotidienne) et l'absence d'incapacités. Un sujet souffrant d'une affection mais sans limitation d'activité ne rentre pas dans ce périmètre. L'AVBS est aussi appelée espérance de vie sans incapacité (EVSI). L'AVBS n'est donc pas, à proprement parler un indicateur « d'espérance de santé », au sens de la santé définie comme un état de bien être physique et moral.

C'est pourquoi d'autres études se basent sur la bonne santé perçue par les sujets eux-mêmes. Indicateur imparfait, lui aussi, puisque le « moral » des sujets au moment de l'étude entre en jeu.

 

Des chiffres encourageants en Europe

Dans l'Union européenne, l'espérance de vie à 65 ans en 2011 était de 18 ans pour les hommes et de 21,4 ans pour les femmes, soit une augmentation de plus d'un an depuis 2005 (1,3 an pour les hommes et 1,2 an pour les femmes).

L'espérance de vie en bonne santé perçue (années de vie où les gens se perçoivent en bonne santé ou en très bonne) a également augmenté de façon significative depuis 2005, de 1,5 an pour les hommes et de 1,6 an pour les femmes, plus que les gains de l'espérance de vie totale.

Par contre, les années de vie sans incapacité (années sans limitation d'activité) à 65 ans et au delà sont restées stables entre 2005 et 2011, augmentant de 0,2 an seulement, à 8,8 ans pour les hommes, et diminuant de 0,2 an, à 8,6 ans pour les femmes. Cela signifie que les années vécues avec une limitation d'activité ont augmenté entre 2005 et 2011, puisque l'espérance de vie globale a augmenté.

Selon un récent rapport de l'Inserm (Institut nationale de la santé et de la recherche médicale), « l'espérance de vie sans maladie chronique a diminué significativement entre 2005 et 2010 mais a augmenté de façon marquée entre 2010 et 2011, de sorte que les valeurs de 2011 (7,2 ans pour les hommes et 8 ans pour les femmes) étaient similaires à celles de 2005. Encore une fois, cela signifie que le nombre d'années vécues avec une maladie chronique a augmenté entre 2005 et 2011.

Ces résultats, apparemment contradictoires, pourraient s'expliquer par une meilleure gestion des problèmes de santé et/ou d'incapacité associée (limitations d'activité), de sorte que les problèmes de santé et d'incapacité liés à l'augmentation de l'espérance de vie à 65 ans n'ont pas engendré une diminution de la qualité de vie. Il est probable que les gens, mieux informés aujourd'hui au sujet de leur état de santé réel, signalent d'avantage de problèmes de santé chroniques et à des stades plus précoces.

Ces différents résultats illustrent combien ce concept, qui paraît simple dans son énoncé, est en fait très complexe et difficile à manier, particulièrement au niveau politique où il ne pourra jamais être consensuel.

 

Globalement la France fait encore mieux que l'Europe'

Toujours selon l'Inserm, la France présente quelques spécificités.

L'espérance de vie à 65 ans est plus élevée que la moyenne européenne (19,3 ans pour les hommes et 23,8 ans pour les femmes), soit au moins un an de plus. Elle a aussi davantage augmenté entre 2005 et 2011.

L'espérance de vie en bonne santé perçue a augmenté pour les deux sexes, atteignant 7,6 années (+1,6 an) en 2011, pour les hommes et 7,8 ans (+1 an) pour les femmes.

L'espérance de vie sans maladie chronique a augmenté légèrement mais significativement, contrairement à la moyenne européenne, atteignant 6,8 années pour les hommes (+0,4 an) et 8,4 années pour les femmes (+0,7 an). Cette tendance n'empêche pas l'augmentation du nombre d'années vécues avec des problèmes de santé chroniques sur la période 2005-2011.

L'espérance de vie sans limitation d'activité a augmenté d'à peine 0,3 an (non significatif) pour les femmes atteignant 9,9 ans. Pour les hommes français, qui se distinguent de la moyenne européenne, elle a davantage augmenté (+ 1,2 an) et atteint 9,7 ans ; les Français ont partagé leurs années de vie gagnées également entre années avec et sans limitation d'activité.

 

""

Evolution de l'espérance de vie et des espérances de santé à 65 ans pour la France de 2005 à 2011 - par sexe (Inserm)

' Avec un réel gain des années de vie en bonne santé

La France fait mieux que les autres pays européens en termes de santé sur trois points.

Si l'espérance de vie en bonne santé perçue des femmes françaises a moins progressé que la moyenne européenne, la France fait mieux que les autres pays européens sur 2 points. D'abord, l'espérance de vie sans maladie chronique a plutôt augmenté, quand elle stagne pour la moyenne européenne. L'espérance de vie sans limitation d'activité des français (hommes et femmes) a augmenté parallèlement à l'espérance de vie, même si cette amélioration a été plus marquée chez les hommes que chez les femmes.

Au global, en France, les années de vie gagnées ne se sont pas systématiquement accompagnées de maladies déclarées, ni même de limitations d'activité, ce qui est le cas pour la moyenne européenne.

Pour les Français de 65 ans, des indicateurs en hausse en France

L'espérance de vie est de 19,3 ans pour les hommes et 23,8 ans pour les femmes.

L'espérance de vie en bonne santé perçue est de 7,6 années pour les hommes et 7,8 ans pour les femmes.

L'espérance de vie sans maladie chronique atteint 6,8 années pour les hommes et 8,4 années pour les femmes.

 

""