La bonne image du pharmacien


VPVC123 – –

""

La bonne image du pharmacien


Un sondage récent place le pharmacien parmi les professionnels les plus appréciés. Avec le médecin, le pharmacien a encore une très  bonne image générale. Ce sentiment partagé par la majorité des personnes est sans aucun doute lié à la disponibilité et à la compétence de la majeure partie des officinaux. Il faut aussi y voir, le souci permanent de s'adapter pour répondre aux besoins des patients.

 

Il y a quelques jours, je partageais, avec mon pharmacien, ma lecture d'une enquête publiée par « 60 millions de Consommateurs ». Avec 87 % de bonnes opinions, le pharmacien fait partie des professionnels à qui les Français font le plus confiance, juste derrière le médecin (91%). Comme je félicitais mon pharmacien pour ce bon résultat, celui me confia que, bien entendu, ce chiffre lui faisait plaisir.

« Cela s'explique, me dit-il. Les gens se rendent bien compte de notre disponibilité. Il existe peu d'exemple de professionnels que l'on peut consulter sans rendez-vous et sans payer ! Pour autant, il ne faudrait que ce sentiment laisse croire que tout va bien pour nous. »

 

Avant qu'il ne poursuive, je lui montrais d'autres chiffres. « 76 % des Français interrogés pensent que vous devriez être un professionnel de santé à part entière, lui dis-je. 95 % des sondés pensent que le rôle du pharmacien est de s'assurer que le traitement prescrit par les médecins est bien compris et pris de manière optimale. N'est-ce pas la reconnaissance du fait que dans leur immense majorité, les pharmaciens font bien leur travail ? »

« Oui, vous avez raison, me répondit-il. Cependant, je ne suis pas certain que tous se rendent compte que l'équilibre est difficile à tenir. Je vous citerai quelques exemples :

- Dans les pharmacies, 95 % des médicaments sont disponibles le jour même. Cela nécessite de notre part une logistique parfois lourde, du temps et une parfaite organisation.

- Grâce à notre action d'incitation aux génériques, nous avons contribué à l'économie de plusieurs milliards en faveur de la Sécurité sociale. Si, 8 français sur 10 acceptent la substitution, cela nous demande un investissement permanent d'autant que les pouvoirs publics nous fixent chaque année des objectifs plus importants.

- Il y a en France aujourd'hui un peu moins de 22 000 pharmacies*. Ce réseau de proximité répond parfaitement aux besoins de la population. Mais, les gens savent-ils, qu'une pharmacie ferme tous les 3 jours.

- Dans de nombreux villages, la pharmacie reste le dernier endroit de contact sanitaire. Il n'y a plus de médecins, ni d'infirmières. Parfois, il n'y a plus de bureau de poste ou de boulangerie. Le rôle de l'équipe officinale revêt alors une importance sociale de premier ordre. »

 

Effectivement, comme tout usager de ma pharmacie, je suis sensible à tout ce que fait l'équipe officinale pour m'aider mais, je ne perçois pas toujours tout le travail nécessaire en amont pour y arriver. « Pensez-vous que nous risquions de connaître une désertification officinale comme pour les médecins ? lui demandais-je. «  Si nous n'y prenons pas garde, c'est fort possible, me répondit mon pharmacien. L'Ordre des pharmaciens vient de livrer ses dernières statistiques. Les candidats à la reprise d'une pharmacie sont de moins en moins nombreux car trop d'incertitude pèse sur l'avenir. Notre profession vieillit, il faut convaincre les jeunes de s'installer. »

 

« Que faire ? » «  C'est tout le problème, conclut mon pharmacien. Vous le voyez, nos clients sont satisfaits de nos services, mais nous devons leur faire prendre conscience que pour maintenir notre présence, nous devons compter sur leur fidélité. Un dernier exemple, grâce aux groupements de pharmacies comme Optipharm,  nous faisons tout pour offrir à nos clients des prix adaptés au marché tout en préservant notre rôle indispensable de conseil dans une proximité chère aux Français. Je peux vous certifier que ce n'est pas toujours facile ! »

 

Alain Grollaud

 

*21915 pharmacies en France Metropolitaine, chiffre au 1er janvier 2014 (source Ordre des Pharmaciens)


""