La prise en charge du patient asthmatique


VPVC124 – –

La prise en charge des patients asthmatiques

Conformément aux dispositions de la loi HPST (hôpital, patients, santé et territoires) de 2009, le pharmacien d'officine doit promouvoir la qualité de la dispensation et s'engager dans des missions de santé publique. Après la prise en charge des patients sous antivitamines K, les pharmaciens vont se voir confier l'accompagnement des patients asthmatiques.

 


L'asthme constitue un véritable problème de santé publique par ses conséquences sur la qualité de vie des malades et son taux de mortalité puisqu'il entraîne environ 1000 décès par an. Plus de 4 millions de personnes sont concernées en France et leur prise en charge reste trop faible. En 2006, une enquête Santé et Protection Sociale montrait que le niveau de contrôle des symptômes demeurait insuffisant chez six asthmatiques sur dix. « Ceci est d'autant plus navrant, m'explique mon pharmacien, que lorsque leur  asthme est bien contrôlé, les patients peuvent mener une vie de tous les jours aussi normale que possible à l'école, au travail et même dans la pratique d'un sport ».

L'asthme est une maladie inflammatoire chronique des bronches. L'inflammation chronique est associée à une hyperréactivité bronchique, qui provoque la survenue d'épisodes récidivants de sifflements, de gêne respiratoire, d'oppression thoracique et de toux. Ces épisodes interviennent surtout la nuit ou tôt le matin. Souvent associés à une obstruction bronchique d'intensité variable et généralement, les signes de cette maladie sont réversibles grâce à des traitements appropriés.

« Notre rôle ne consiste pas seulement à bien dispenser un traitement, poursuit mon pharmacien. Notre objectif vise également à  lutter contre les risques d'accidents iatrogéniques, c'est-à-dire les conséquences néfastes sur l'état de santé d'un malade liées à son traitement médical. Depuis janvier 2013, nous pouvons assurer des entretiens au bénéfice des patients sous traitement par anticoagulants oraux. nous allons apporter le même soutien aux personnes asthmatiques. »

Bien entendu, le pharmacien joue déjà un rôle important dans l'éducation du patient asthmatique, notamment en ce qui concerne l'aide à la compréhension de la maladie et des traitements, la promotion du bon usage et de l'observance des traitements, l'apprentissage des techniques d'inhalation et de l'autosurveillance.

Comme l'explique mon pharmacien, l'implication des officinaux dans toutes les campagnes de prévention et d'éducation n'est pas nouvelle. « A l'occasion de la dernière journée mondiale de l'asthme, nombreux sont les pharmaciens à avoir aider notamment l'association Asthme & Allergies pour sa campagne « Asthmatiques, 1,2,3 soufflez ! ». Nous avons distribué des brochures d'information et nous avions programmé des ateliers visant à former les malades à la manipulation des dispositifs d'inhalation. Il s'agit là d'un élément majeur dans l'éducation thérapeutique des patients asthmatiques pour qu'ils profitent du meilleur bénéfice possible de leur traitement. »

Cette responsabilité entre bien dans le champs des compétences que l'on reconnaît aux pharmaciens. Un récent sondage montrait,  qu'à 95 %, les sondés pensaient que le rôle du pharmacien est de s'assurer que le traitement prescrit par les médecins est bien compris et pris de manière optimale. Pour autant, les nouvelles missions confiées aux officinaux vont encore plus loin.  Parce qu'il est proche des patients et qu'il a les compétences nécessaires, le pharmacien peut permettre au médecin de mieux s'occuper de ses patients. «  Nous ne cherchons pas à nous substituer au rôle fondamental des médecins. Mais, face au manque de temps qu'ils ont tous, notre aide s'avère tout à fait complémentaire », pense mon pharmacien.

Alors, l'accompagnement des patients asthmatiques concernera les patients chroniques en initiation ou en reprise de traitement. Le patient va choisir de participer ou non à ce dispositif. Il est également libre dans le choix du pharmacien qu'il souhaite désigner pour son accompagnement. Il peut même, à tout moment, désigner un nouveau pharmacien, y compris au sein de la même officine, ou ne plus participer au dispositif.

« Vous savez, conclut mon pharmacien, on estime que deux tiers des séjours à l'hôpital liés à des crises d'asthme pourraient être évités par une amélioration de la prise en charge ! Notre responsabilité de professionnels de santé n'est-elle pas aussi de privilégier toute économie pour faciliter la continuité de notre système de santé ! »

Alain Grollaud

 

""