Un métier sans cesse en évolution


VPVC127 – –

""

Un métier sans cesse en évolution


Tous les métiers se doivent d'évoluer. Les connaissances s'accroissent, la technique progresse. Les pharmaciens ne dérogent pas à la règle, leur exercice professionnel ne ressemblera plus demain à ce que faisaient les apothicaires autrefois.

 


Une récente discussion avec mon pharmacien sur les avancées technologiques lui permis de me montrer combien son propre métier n'était plus le même depuis quelques années. « Bien entendu, le grand public ne s'en aperçoit pas forcément. Les changements se font souvent petit à petit et sont donc imperceptibles pour nos patients. Pourtant, notre travail n'a parfois plus rien à voir avec ce qui faisait l'essence de notre profession à l'origine. »


Nous avons tous encore en mémoire les préparations que nous allions chercher à la pharmacie et pour lesquelles nous revenions le lendemain ou le surlendemain. Cette tache incombait souvent aux préparateurs et préparatrices d'où leur nom. Ces préparations ont quasiment disparu aujourd'hui. « Pour autant, m'explique mon pharmacien, nous pouvons conserver cette terminologie pour une de nos activités, la préparation des doses administrées. Il s'agit en fait de préparer les doses journalières des médicaments destinées à des personnes particulières. C'est ainsi que nous pouvons reconditionnés les médicaments en fonction de l'heure de prise, matin, midi et soir par exemple, pour des pensionnaires de maison de retraite ».


Ce n'est pas le seul changement dans l'univers officinal. Parce qu'elles sont toujours à proximité et ouvertes la plus grande partie de la journée, les pouvoirs publics ont décidé de s'appuyer sur les pharmacies pour faciliter l'accès aux soins de tout à un chacun. C'est tout l'objet de la loi « Hôpital, Patients, Santé et Territoires » votée il y a quelques années. « Cette loi, confirme mon pharmacien, a instauré de profondes modifications pour nous. Notre métier se consacre d'avantage à la prévention et au dépistage. Cette implication renforce notre rôle dans le système de santé pour une meilleure coordination des soins.?Même si pour beaucoup, ces missions apparaissent comme nouvelles, nous les exerçons déjà depuis deux ans pour certaines. »


L'Arrêté du 28 novembre 2014 dans son avenant n° 4 a établi l'accompagnement de certains malades chroniques par le pharmacien, comme ceux sous anticoagulants oraux dans un 1er temps et maintenant les asthmatiques. « Notre formation et notre disponibilité font de nous les premiers recours naturels pour assurer ces missions en complémentarité avec les autres professionnels de santé, remarque mon pharmacien. Recommander le bon usage du médicament et assurer le suivi de ces patients permet une meilleure observance du traitement. En 2 ou 3 entretiens annuels, nous obtenons des vrais résultats bénéfiques pour tous. »
La première des missions de la pharmacie réside bien dans la dispensation des ordonnances et le conseil. Pour cela la profession s'est investi pour réaliser le suivi de l'observance, l'évaluation du traitement, la veille sur les effets indésirables ou secondaires liés à la prise de médicament. Plus le traitement est long, plus les patients sont fragiles (nourrissons, personnes âgées) et plus les produits sont techniques, plus le rôle du pharmacien apparaît indispensable. A travers les entretiens pharmaceutiques, il s'agit aussi de répondre à la nécessité d'obtenir l'adhésion du patient à son traitement.


« Nous sommes bien souvent les mieux placés pour offrir au patient le soin le plus personnalisé possible, précise mon pharmacien en concluant notre conversation. Face à la surcharge de travail de nombreux soignants et pour répondre à la désertification médicale, les pharmaciens constituent une solution logique. Concernant la vaccination par exemple, pourquoi ne pas admettre que dans certaines conditions, il sera plus facile de se rendre à la pharmacie pour se faire vacciner par un officinal ayant été bien formé au préalable. Quand on pense aux postiers pour apprendre à conduire, il me semble que le pharmacien a une légitimité naturelle pour prendre en charge le bien-être de ces concitoyens. » La pharmacie de demain est en route et n'oublions jamais, qu'en termes de santé et d'accompagnement, rien ne peut remplacer le contact humain avec un vrai professionnel.

Alain Grollaud

 


""