Les brûlures gastriques


VPVC131 – –

Les brûlures gastriques


Qui n'a jamais ressenti une sensation de brûlures au niveau de l'estomac ? Nourriture mal adaptée, abus d'alcool, excès alimentaire, médicament' peu importe. Il s'agit d'une situation fréquente, heureusement souvent sans gravité et facile à soulager avec quelques précautions et un traitement simple.

""

 

Les brûlures ou douleurs épigastriques sont très variables d'un moment à l'autre et suivant chaque individu. Il est impossible de poser un diagnostic sans préciser le contexte. Plusieurs questions doivent être posées. S'agit-il d'une brûlure, d'une crampe ou d'une sensation de lourdeur ? Quelle en est l'intensité ? Quels sont les autres signes associés ? Quels sont les antécédents du patient ?

En fait, il s'agit de distinguer entre le dérangement passager (dyspepsie ou mauvaise digestion), de loin la situation la plus fréquente, le reflux gastro-eosophagien (RGO), la gastrite ou l'ulcère.

 

Il s'agit d'une brûlure rétrosternale

Une douleur rétrosternale avec sensation de brûlure ascendante à point de départ épigastrique caractérise le RGO. On parle alors de pyrosis. Ce pyrosis s'accompagne de remontées acides de liquide gastrique acide jusque dans l'arrière gorge. Sur ce constat, chez un sujet de moins de 50 ans et sans autres signes, on pose le diagnostic de RGO. Le traitement repose sur les antisécrétoires et éventuellement les antiacides. Votre pharmacien pourra vous les indiquer, mais une consultation médicale s'impose tout de même pour éliminer d'autres causes possibles comme l'ulcère.

 

S'il s'agit d'une crampe

On pensera alors à l'ulcère gastroduodénal. La douleur ulcéreuse classique est postprandiale tardive. Elle est intense. Le sujet décrit une douleur à type de crampe, de sensation de torsion au creux de l'estomac. Dans ce cas, il faut impérativement consulter un médecin qui fera pratiquer une endoscopie gastrique. C'est le seul examen à même de poser le diagnostic, de préciser la localisation de la lésion et permettant de choisir la stratégie thérapeutique la mieux adaptée. Actuellement, la guérison de l'ulcère est obtenue en 2 à 3 semaines et le soulagement en 2 ou 3 jours.

 

La brûlure est concomitante à la prise de médicament

Chacun sait que certains médicaments peuvent entraîner des lésions de la muqueuse gastrique. C'est le cas de l'aspirine, des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens), médicaments largement utilisés. Mais aussi, selon la sensibilité individuelle des patients, de nombreux autres produits.

C'est la raison pour laquelle la question de la prise éventuelle de médicaments doit être posée. Que faire dans cette situation ? Si possible arrêter le médicament en cause, ce qui n'empêchera pas le plus souvent de le reprendre plus tard, une fois l'épisode cicatrisé. S'il est impossible de l'arrêter, le médecin prescrira un antisécrétoire ou des pansements gastriques pour protéger le tube digestif.

 

Les brûlures sont variables ou liées à l'alimentation

C'est de loin le tableau le plus fréquent. On parle alors de dyspepsie fonctionnelle. La brûlure est plus ou moins nette, plus souvent à type de gêne. Elle est accompagnée de ballonnements, d'éructations, de difficultés à digérer' Il n'est pas possible de corréler le tableau clinique à une anomalie physiopathologique. La première cause à laquelle on pense est évidemment un excès alimentaire (repas trop riche, excès d'alcool, graisses animales cuites et sucres raffinés le soir'), surtout si ces excès se répètent. Évident aussi le traitement. Il faut corriger ce régime alimentaire inapproprié, réduire, voire supprimer l'alcool et le tabac. En attendant, pour soulager rapidement les brûlures, votre pharmacien vous conseillera un pansement gastrique, un antisécrétoire gastrique en conditionnement adapté à l'automédication.

 

""