Favoriser le sommeil


VPVC132 – –

Favoriser le sommeil


Se plaindre d'un mauvais sommeil est chose courante, mais est-ce une fatalité pour autant ? Certainement pas, car bien souvent il s'agit plutôt de mauvaises habitudes entravant le sommeil qu'un véritable trouble nécessitant une consultation. Quelques conseils de bon sens.

""


Se coucher à heure régulière et à son heure

Chacun a un rythme de sommeil propre. Cette heure est facile à repérer, c'est le moment où on « pique du nez » en regardant la télévision. Pourquoi lutter alors ? C'est le moment ou part le train du sommeil, alors prenez-le. C'est d'autant plus facile qu'il survient à heure fixe. Il faut donc s'organiser en conséquence pour ne pas le rater sinon il faudra attendre le suivant qui passera 1 heure 30 voire 2 heures après !Garder cette habitude même en week-end, car l'organisme n'a pas le temps de se recaler en deux jours.

Bien distinguer la veille du sommeil

Rester semi éveillé le soir avant de se coucher ou le matin au réveil est le meilleur moyen d'envoyer de mauvais signaux à l'organisme. Quand on se couche, on se couche, quand on se réveille, on se réveille. Le réveil doit être dynamique : lumière forte, exercices musculaires, petit déjeuner complet. C'est la garantie d'une bonne journée, donc d'un bon sommeil le soir.

 

Avoir une bonne activité physique

Le corps humain est fait pour bouger. L'activité intellectuelle immobile induit une fatigue, mais de mauvaise qualité : énervement, contractures, perte d'attention,... Par contre, l'activité musculaire favorise les fonctions physiologiques de l'organisme. Comme beaucoup de métiers maintenant sont sédentaires, l'organisme a un déficit d'activité et le manifeste ' par un mauvais sommeil.Il est donc impératif de consacrer au moins vingt minutes par jour à une marche soutenue ou toute autre activité physique (jardinage...) au grand air afin de favoriser la respiration. En outre, c'est bon pour le c'ur, le surpoids, l'anxiété' Mais attention à ne pas en faire le soir avant de dormir car l'effet serait inverse sur le sommeil.

 

Créer les conditions propices à  l'endormissement

Pour ceux qui ont du mal à trouver le sommeil en dehors d'un coucher à heure fixe, il est bon de se préparer à dormir. Cela signifie avoir une activité calme avant de se coucher. Pas de parties de cartes endiablées, pas de sport. En effet, l'activité physique élève la température corporelle, or pour dormir il faut que celle-ci s'abaisse un peu.

Conclusion, restons calme, la lecture est préférable. Mais attention, pas d'écran, de tablette, de smartphone qui empêchent l'endormissement.De même, pas de chambre surchauffée, 19 °C maximum. Une couverture pour les frileux si besoin.

 

Éviter les excitants dès le début d'après-midi

Le culte de la performance a rendu les excitants (café, thé, coca, alcool') indispensables chez certains, enfin le croient-ils. Pour une piètre amélioration de la vigilance (bien inférieure à celle procurée par un bon sommeil), c'est tout l'équilibre physiologique qui est mis à mal. Donc pas d'excitants l'après-midi. Il suffit pour s'en convaincre de savoir que la demi-vie du café, c'est-à-dire le temps nécessaire à une diminution de moitié de la concentration sanguine de caféine, est d'environ cinq heures. Ceci veut dire que deux tasses prises à 15 heures auront le même effet que si le sujet prenait une tasse à 20 heures !

 

Faire un repas léger le soir

Chacun a pu le vérifier, un repas copieux le soir et c'est une mauvaise nuit. Donc, et c'est aussi un bon principe pour le poids, le matin, petit-déjeuner comme un roi, le midi déjeuner comme un prince, le soir dîner comme un gueux ! De plus, le soir il faut privilégier les sucres lents qui favorisent le sommeil : pâtes, riz, pomme de terre'

 

""

 

 

""