Votre armoire à pharmacie


VPVC132 – –

Votre armoire à pharmacie

""

Dans chaque maison, il est vraisemblable qu'on peut trouver une armoire à pharmacie. Reste à savoir ce qu'elle contient exactement et comment sont gérer les médicaments.


Nous avons tous une petite cachette plus ou moins sûre pour stocker nos médicaments. De la traditionnelle armoire à pharmacie à la simple boîte en carton, tout est possible. Quant au contenu, là aussi, il y a fort à parier qu'on y trouve de tout et pas toujours en excellent état. Des règles strictes sont à appliquer concernant ces médicaments que nous gardons pour le cas où.


«  En fait, m'explique mon pharmacien, les armoires à pharmacie au domicile des personnes sont le plus souvent constituées de deux sortes de médicaments. Il y a  ceux qu'on a déjà utilisés et dont il en reste un peu. Et il y a ceux qu'on a en réserve pour des affections communes et que le patient souhaite avoir sous la main en permanence. »Dans tous les cas, constituer son armoire à pharmacie ne correspond pas à un besoin urgent de santé. C'est pourquoi, nous vous conseillons d'adopter une démarche sérieuse sur la gestion de cette réserve. Concernant les médicaments que vous souhaitez avoir en permanence, faites en sorte d'en limiter le nombre. En cas de véritable nécessité, il y a toujours une pharmacie à proximité. Néanmoins, il peut être utile d'avoir immédiatement disponible certains produits notamment pour les petits accidents de la vie.« Je pense effectivement qu'il est préférable de posséder quelques médicaments en cas de besoin urgent, note mon pharmacien. Il est utile d'avoir des pansements de tailles différentes, du désinfectant, une pommade contre les coups, une autre pour les piqûres d'insectes et de quoi soigner les brûlures. De la même manière, posséder une boîte de paracétamol, d'aspirine ou d'ibuprofène permet de calmer rapidement une douleur. »Par contre, il convient de bien gérer ces produits. Contrôlez régulièrement la date de péremption et faites attention à noter quand vous les utilisez pour la première fois. En effet, après ouverture, à part pour les formes solides, la conservation est bien plus courte que la date de péremption.« Un collyre ouvert ne se garde pas longtemps, entre 15 jours et un mois bien maximum, remarque mon pharmacien. Idem pour les solutions désinfectantes et les gouttes auriculaires, compter un mois maximum selon les produits. Pour les sirops ou les solutions buvables, vous ne devez en aucun cas les garder plus de 6 mois après ouverture, certains ne se gardent que 7 jours comme les antibiotiques. Enfin, pour les pommades entamées, il est possible de les garder un an sauf, bien entendu, les pommades ophtalmiques, 1 mois maximum. »Nous vous conseillons quand cela existe d'acheter de préférence des médicaments présentés en unidoses, vous jetterez le produit restant dès l'utilisation et conservez ainsi le reste de la boîte intacte.


Quant aux médicaments prescrits et dont il vous reste quelques unités, le mieux est de rapporter ces médicaments non utilisés (MNU) à la pharmacie. De plus en plus, les conditionnements sont conçus pour répondre à la durée de traitement d'où le faible nombre de produits non utilisés. En règle générale, il ne reste pas suffisamment de produits pour un futur traitement correct. D'autre part, il n'est pas certain du tout que le médicament convienne exactement une autre fois aux besoins thérapeutiques voire à une autre personne de la famille. Inutile donc de stocker des boîtes entamées ou des flacons aux trois quarts vides.


Pour finir, souvenez-vous de ces simples conseils : Surveillez régulièrement les périmés (tous les 6 mois).Faites attention aux dates d'ouverture.Conservez toujours les notices d'informations précises sur les médicaments.Mettez les médicaments à l'abri pour une bonne conservation.Surtout, pour plus de sécurité, placez votre armoire à pharmacie hors d'atteinte des enfants.Rapportez régulièrement vos médicaments non utilisés à la pharmacie.Enfin, demandez conseil à votre pharmacien dès le moindre doute ou pour confirmation de la bonne indication du médicament.

Théodore Crosnier

 

""