La numération formule sanguine


VPVC133 – –

La Numération Formule Sanguine

 

L'hémogramme ou numération formule sanguine (NFS) est l'examen biologique le plus prescrit. Son interprétation permet d'orienter le diagnostic vers certaines affections du sang mais aussi d'autres organes.

 

La numération formule sanguine, ou NFS, consiste à compter le nombre de différentes cellules contenues dans un millimètre cube de sang (mm3). Le sang étant constitué d'eau dans laquelle flottent de nombreuses substances (protéines, sucres, graisses, sels minéraux,') et des cellules. Ces dernières sont de trois types : les hématies ou globules rouges (GR), les leucocytes ou globules blancs (GB) et les plaquettes ou thrombocytes.

 

Globules rouges ou la capacité d'oxygénation

Constituants principaux du sang, les globules rouges (GR) transportent l'oxygène et le gaz carbonique. Un taux de GR abaissé traduit une anémie, suspectée devant une fatigue chronique ou à la suite d'une hémorragie. Un taux bas de découverte fortuite pourra révéler une hémorragie occulte.

 

 

Une baisse des GR peut être liée en outre à une maladie hématologique ou médullaire osseuse, ainsi qu'à un syndrome inflammatoire rencontré dans les maladies infectieuses ou cancéreuses'

Le taux d'hémoglobine ainsi que l'hématocrite sont des informations également intéressantes. Le premier donne la capacité de transport de l'oxygène par le sang, puisque cette molécule « porte » l'oxygène. L'hématocrite, quant à lui correspond au volume total des globules rouges par rapport au volume sanguin total exprimé en pourcentage. L'hématocrite est un indicateur du taux d'hémoglobine contenu dans les globules rouges. La baisse de ce taux traduisant une anémie. À l'inverse, l'augmentation de l'hématocrite dénote une polyglobulie (augmentation du nombre de globules rouges).

 


""

Plaquettes ou la capacité de coagulation

Les plaquettes sanguines, encore appelées thrombocytes, sont de petites cellules dépourvues de noyau. Elles jouent un rôle primordial dans le processus de coagulation. Leur principale fonction consiste à transformer le fibrinogène en un réseau de fibrines sur lequel viennent se fixer les autres cellules sanguines. Ces dernières étant à l'origine de la « croûte » lors de la cicatrisation des plaies.

Une baisse des plaquettes, appelée thrombopénie, entraîne un risque hémorragique. Suspectée en cas d'apparition inopinée de bleus, de saignements de nez, de maux de tête et migraine, de troubles oculaires, de pétéchies' À l'inverse, une augmentation des plaquettes (thrombocytose) provoque un risque de thrombose par formation d'agrégats plaquettaires.

 

Les leucocytes ou la capacité de défense

Les leucocytes se divisent en deux groupes : polynucléaires (neutrophiles, basophiles et éosinophiles) et mononucléaires (monocytes et lymphocytes).

Les leucocytes ou globules blancs (GB) sont impliqués dans la défense de l'organisme, en particulier au cours des infections. L'hyperleucocytose traduit le plus souvent une infection. À l'opposé, une leucopénie (chute du nombre des globules blancs) peut révéler une infection virale, certains traitements médicamenteux.

L'intérêt du dosage des neutrophiles est évident pour le diagnostic des syndromes inflammatoires au cours desquels ils sont très nettement augmentés, comme dans les infections bactériennes.

Une augmentation des polynucléaires éosinophiles traduit souvent une parasitose, une allergie, une dermatose, une réaction à certain médicament.

La lignée des basophiles est particulièrement suivie en cas de maladies du sang.

Une augmentation des monocytes est observée dans certaines maladies infectieuses : mononucléose infectieuse, toxoplasmose, hépatite virale, brucellose, zona, varicelle, rougeole...

L'augmentation des lymphocytes, quant à elle, est bien connue au cours des hépatites virales.

 

 

 

""