Bien boire en été


VPVC135 – –

Bien boire en été

Tout le monde a en mémoire la canicule de 2003 et ses conséquences sur les personnes fragiles. Il est apparu que celles-ci auraient pu être limitées par des apports hydriques mieux adaptés. Les conseils largement diffusés depuis insistent toujours sur ce point.

 

""

 

Notre organisme a besoin d'eau en permanence pour assurer le fonctionnement de nos cellules. Il ne faut pas oublier que notre organisme est composé de 70 % d'eau. Ce capital est renouvelé en permanence. Les reins éliminent les toxiques et les sels minéraux en excès en les diluant dans l'eau de l'urine. La transpiration et la respiration en évacuent aussi une petite quantité. S'hydrater consiste à absorber la quantité d'eau nécessaire pour compenser ces pertes.

 

En été, nous perdons d'avantage d'eau qu'en hiver. Pour lutter contre la chaleur, l'organisme dispose d'un processus bien connu : la transpiration. Celle-ci joue le même rôle que nos réfrigérateurs, la transformation de l'eau liquide en vapeur produit du froid. De plus, en été, le port de vêtements légers favorise encore plus l'évaporation.

 

Boire, mais combien ?

Les besoins en eau varient d'un individu à un autre et d'un moment à l'autre.

La moyenne est de 2 litres par jour. Une bonne partie est apportée par notre alimentation. Il faut donc boire régulièrement tout au long de la journée pour compléter. L'apport en boisson devra être de l'ordre de 1,5 litre par jour pour un adulte en activité.

Bien évidemment, en cas d'activité physique intense, de travail en milieu surchauffé ou durant les saisons chaudes, cette quantité devra être augmentée.

Pour le sportif, il est recommandé de boire avant l'effort (1/2 litre), durant l'effort et encore un demi litre après. Les femmes enceintes ont également besoin de plus d'eau.

 

Boire, mais quoi ?

De l'eau, de l'eau, de l'eau. C'est la boisson de base pour tout le monde. Et elle ne coûte quasiment rien.

Quelle eau ? L'eau du robinet. La plupart des logements son reliés à une concession. Et, sauf incident, l'eau du robinet est sûre du point de vue bactériologique ou de sa composition.

Évidemment, certains trouveront que leur eau n'est pas bonne au goût ou préféreront des eaux plus chargées en ions, comme le calcium ou le magnésium. Les eaux vendues dans le commerce offrent une palette de goût et de composition qui satisfait les plus exigeants. Mais ces eaux ont un coût non négligeable. De plus, il faut faire attention car certaines peuvent être contre-indiquées en raison de leur teneur en sel, par exemple. Il faut alors bien lire la composition.

 

Peut-on améliorer l'ordinaire ?

L'eau gazeuse est une bonne alternative. Mais attention celle-ci apporte du gaz (ballonnement) et du sel en quantité importante.

Les jus de fruits. Un verre de vrai jus de fruits en hiver, deux en été permettent de se conformer plus facilement au principe de 5 fruits ou légumes par jour. Mais ils apportent du sucre et leur apport doit être limité à un quart de litre par jour.

Il est tentant de les remplacer par du sirop. Pourquoi pas. Mais là aussi attention au sucre. Idem pour le lait. Il ne constitue pas la boisson de base.

Toutes les préparations soit disant stimulantes doivent être évitées. Leur taux de caféine est généralement trop important. De la même façon, le café et le thé et bien sûr le vin ne doivent être absorbés que de façon limitée.

 

Une attention particulière pour prévenir la déshydratation

Chez le nouveau-né, le jeune enfant, les sujets fragiles et les personnes âgées il faut faire très attention à la déshydratation. L'entourage doit veiller à ce que ces sujets boivent régulièrement, particulièrement en été. Ne pas hésiter à aromatiser l'eau de boisson pour faciliter la prise.

 

 

""

Photo AFL/Phovoir