Les coups de soleil


VPVC135 – –

Les coups de soleil

 

La lumière et la chaleur du soleil sont indispensables à la vie. Leur absence durant l'hiver favorise la dépression et la fatigue. À l'inverse, l'été est la saison de la joie de vivre au cours de laquelle « on profite du soleil ». Mais attention, celui-ci peut être notre ennemi car ses rayons agressent notre peau, souvent sans que l'on y prenne garde.

""

Il faut bronzer pour fabriquer de la vitamine D. Vrai ou faux ?

Faux ' Il est vrai que ce sont les rayons du soleil sur les cellules de la peau qui favorisent la synthèse de vitamine D, indispensable à la construction de nos os. Mais une exposition de 15 à 20 minutes trois fois par semaine suffit. Et encore pas de tout le corps, l'exposition des mains, des avant-bras et du visage est suffisante. La pratique du bronzage n'a qu'une justification esthétique, mais attention prudence, cette pratique augmente le risque de mélanomes cutanés.

 

Le coup de soleil est une brûlure cutanée. Vrai ou Faux ?

Vrai ' Le coup de soleil est une brûlure plus ou moins grave de la peau survenant après une exposition aux rayons UVB du soleil. Il provoque des rougeurs, une douleur avec des démangeaisons, voire des cloques (phlyctènes).

 

Il existe plusieurs degrés de brûlures. Vrai ou Faux ?

Vrai ' La brûlure du premier degré se manifeste par une rougeur de la peau, sans cloques, apparaissant quelques heures après l'exposition. Elle est due à une vasodilatation des vaisseaux cutanés superficiels. Elle est accompagnée de démangeaisons. La brûlure du deuxième degré provoque rapidement l'apparition de cloques (ou phlyctènes). L'épiderme est endommagé superficiellement. Le stade de brûlure du deuxième degré profond est plus grave, les vaisseaux sanguins sont détruits ainsi que les terminaisons nerveuses, d'où une douleur moins intense donc trompeuse.

 

Le coup de soleil est une forme d'allergie. Vrai ou Faux ?

Faux ' Il ne faut pas confondre coup de soleil et allergie au soleil. On distingue différentes formes d'allergie au soleil. La lucite estivale bénigne est la plus courante. Elle est provoquée par les UVA et se manifeste par une éruption sur le décolleté, le haut du dos, les avant-bras et les jambes de petits boutons et de plaques rouges qui démangent. Les réactions phototoxiques et photoallergiques sont impressionnantes par leur intensité et leur rapidité. Ces réactions cutanées sont en lien avec la prise d'un médicament ou d'un produit cosmétologique. Une très faible exposition au soleil est le plus souvent suffisante.

 

Pour une brûlure au premier degré, il faut d'abord rafraichir. Vrai ou Faux ?

Vrai ' Le premier geste à faire en cas de coup de soleil est de rafraichir la zone brûlée avec de l'eau du robinet (entre 15 °C et 25 °C), environ 15 minutes, jusqu'à disparition totale de la douleur, en prenant un bain tiède et non froid si la zone brûlée est étendue. Ensuite il est conseillé d'appliquer une pommade sédative (conseil de votre pharmacien). Et évidemment ne pas se réexposer dans les jours suivants, sans vêtement ou protection d'indice supérieur à 50.

 

Pour une brûlure au deuxième degré, une désinfection s'impose. Vrai ou Faux ?

Vrai ' Il faut nettoyer les zones brûlées au savon et avec un antiseptique dermique. Les cloques pouvant s'infecter, il faut protéger la zone cutanée atteinte. Le conseil du pharmacien est indispensable pour l'utilisation de pansements adaptés.

Par contre, pour une brûlure du second degré profond, une consultation s'impose.

 

Se protéger est une nécessité. Vrai ou Faux ?

Vrai ' Mille fois vrai. On pense à se protéger sur la plage, mais on oublie que le travail au jardin ou sur la terrasse sont tout aussi dangereux. Et que dire des promenades au soleil ? Alors, on garde des vêtements suffisamment couvrants (surtout chez l'enfant) et on applique une protection à fort indice.

 

""

 

 

 

 

Photo Phovoir/AFL