La trisomie 21 et autres pathologies génétiques


VPVC137 – –

La trisomie 21 et autres pathologies génétiques

 

La trisomie 21 est la plus connue des pathologies génétiques, mais elle n'est malheureusement pas la seule. On a individualisé en effet plus de 6 000 maladies d'origine génétique qui sont toutes la conséquence d'anomalies différentes et spécifiques du fonctionnement du génome.

 

""

Qu'appelle-t-on trisomie 21 ?

Médicalement parlant, la trisomie 21 désigne l'ensemble des manifestations physiques et biologiques découlant de la présence du chromosome 21 en trois exemplaires au lieu de deux. Ce terme doit définitivement remplacer celui de mongolisme, car cette maladie ne découle pas d'une "origine raciale".

 

Un être humain possède normalement 46 chromosomes

44 chromosomes s'organisant en 22 paires chromosomiques communes aux deux sexes, appelées aussi autosomes. Ces paires sont numérotées de 1 à 22 et ont la particularité de ne pas porter des gènes déterminant le sexe (la plus petite unité d'information génétique est appelée gène). Ces paires de chromosomes sont classées par taille, de la plus grande à la plus petite. Le chromosome 21 appartient donc à la 21e paire.

2 chromosomes sexuels qui déterminent le sexe : XX chez la femme et XY chez l'homme.

Dans la trisomie 21, le chromosome 21 est en trois exemplaires au lieu de deux, ce qui entraîne la présence en excès des gènes portés par ce chromosome (environ 300), déséquilibrant l'ensemble du fonctionnement de l'organisme.

D'après Fondation Lejeune

 

La Trisomie 21 est-elle une maladie ?

Il peut paraitre paradoxal de poser cette question puisqu'une maladie se définit comme un ensemble d'altérations et de dysfonctionnements métaboliques. C'est bien le cas de la trisomie 21. C'est donc plus qu'un handicap.

Par contre, certains arguant du fait que le diagnostic ne peut être posé que sur l'étude du caryotype à partir de globules blancs ou de liquide amniotique, donc bien avant que des troubles apparaissent, évitent de parler de maladie, mais d'anomalies génétiques. Quoi qu'il en soit, pour le sujet trisomique et son entourage ainsi que pour les soignants, il s'agit avant tout de prendre en charge l'ensemble des désordres et des souffrances.

 

Quelles sont les différentes formes de trisomie 21 ?

C'est au moment de la formation des ovules ou des spermatozoïdes, avant la fécondation, que se produit « l'incident génétique ». Les personnes avec une trisomie 21 reçoivent aussi 23 chromosomes de chacun de leurs parents mais l'un des parents va transmettre un chromosome 21 supplémentaire.

Il existe tellement de variétés d'anomalies qu'il n'est pas possible de définir une typologie générale de patients, pas plus que de prédire le potentiel de transmission sans pratiquer un bilan génétique complet.

 

La trisomie est-elle fréquente ?

La prévalence à la naissance est actuellement estimée à 1/2000 naissances vivantes en France. Son incidence à la naissance a diminué significativement dans plusieurs pays, après la mise en place du dépistage prénatal.

 

Comment se manifeste-telle ?

Une déficience intellectuelle variable, souvent légère, une hypotonie musculaire et une laxité articulaire quasi-constantes sont les conséquences habituelles, souvent accompagnées de malformations. La taille est normale à la naissance mais la croissance ralentit dans les premières années et la taille définitive est inférieure à la normale.

Les particularités morphologiques (fentes palpébrales en haut et en dehors, épicanthus, nuque plate, visage rond, nez petit, pli palmaire unique bilatéral) peuvent être discrètes et ne sont pas pathognomoniques.

Parmi les malformations viscérales, citons les malformations cardiaques (canal atrio-ventriculaire) et digestives (occlusion duodénale), la cataracte congénitale. Ces sujets présentent en plus une plus grande fréquence d'épilepsie, de leucémies, d'apnées du sommeil, de déficits sensoriels, de pathologies auto-immunes et endocriniennes '

 

Quelle autre maladie génétique est-elle fréquente ?

C'est la mucoviscidose qui touche un nouveau-né sur 4 000 environ. Le dépistage néonatal généralisé permet le diagnostic de plus de 95 % des cas.

La mucoviscidose est une maladie qui augmente la viscosité du mucus des voies respiratoires et du système digestif. D'où les symptômes : encombrements bronchiques et infections respiratoires, problèmes digestifs avec déficit pancréatique.

La mucoviscidose est une maladie autosomique récessive, donc transmise par les deux parents à la fois. Les parents d'un enfant atteint sont porteurs d'une seule mutation sans conséquence pour leur propre santé. Mais chacun de leurs enfants a une probabilité de 1 sur 4 d'hériter des deux mutations parentales et donc d'être atteint de la maladie.

 

Que dire de la neurofibromatose ?

Il existe différents types de neurofibromatose ; le type 1 est le plus courant.

Les manifestations cliniques sont très variables d'une personne à l'autre. Dominent les manifestations cutanées type « tache café-au-lait » (taches sombres sur la peau). Parmi les autres symptômes, on trouve des tumeurs bénignes de tailles variables (appelées neurofibromes), plus ou moins invalidantes, situées le long des nerfs. D'où le nom de la maladie.

La neurofibromatose est une maladie autosomique dominante, ce qui signifie que même si un seul des deux chromosomes 17 est atteint, la personne est malade. Le risque pour une personne de transmettre la maladie à son enfant est de 1 sur 2.

 

Pourquoi l'hémophilie ne touche que les garçons ?

Le gène de l'hémophilie est situé sur le chromosome X, ce qui explique le mode de transmission : seuls les garçons sont touchés car ils ne possèdent qu'un seul chromosome X, les femmes porteuses de la mutation n'étant que conductrices (l'autre chromosome X compensant le déficit). Une femme conductrice peut transmettre l'anomalie avec une probabilité de 1 sur 2 : un garçon sur deux sera atteint, une fille sur deux sera conductrice.

L'hémophilie est à l'origine de saignements (dus à l'absence d'un facteur de coagulation) spontanés ou consécutifs à des traumatismes mineurs. Les saignements articulaires (hémarthroses) sont douloureux et peuvent aboutir à une destruction de l'articulation.

 

Existe-t-il des maladies spécifiques à certains continents ?

Oui et la drépanocytose est un bon exemple. C'est une maladie génétique du sang qui affecte plus particulièrement les populations d'origine africaine (50 millions de malades).

Elle se caractérise par une anomalie de l'hémoglobine contenue par les globules rouges, qui assure le transport de l'oxygène vers les tissus. L'hémoglobine anormale va entraîner une déformation de ces globules, d'où un déficit (anémie) et des thromboses vasculaires.

 

Peut-on guérir de ces maladies ?

D'un point de vue général, on n'est pas encore capable de corriger les anomalies sur les chromosomes. Par contre, une meilleure connaissance de ces maladies (mais quel travail, vu le nombre !) permet de corriger ou compenser certaines des conséquences de ces anomalies.

La question de fond qui se pose est celle du dépistage. Diagnostiquer la présence d'une anomalie génétique permet d'en informer le porteur et de lui laisser la décision, avec son partenaire, de programmer une grossesse ou un avortement en cas de découverte prénatale.

 

 

 

Iconographie Frantz Lecarpentier

 

""