Les génériques méritent notre confiance


VPVC137 – –

Les génériques méritent notre confiance


Contrairement aux antibiotiques, les génériques devraient être automatiques. Non seulement, la substitution d'un médicament par son générique ne pose, en général, aucun problème de santé pour le patient mais en plus, cela permet de réduire notablement les coût de traitement.


""

 

En octobre dernier, vous avez sans aucun doute vu cette campagne de communication sur les génériques, lancée par les pouvoirs publics « Devenir génériques, ça se mérite ». Relayées par les pharmacies, ces informations ont connu une belle audience. Ce fût aussi pour moi l'occasion de faire le point, avec mon pharmacien, sur les avantages de ces fameux génériques et de voir si les réticences de certains ont pu évoluer avec le temps.

« Il y a encore des gens et même des professionnels de santé qui continuent à s'interroger sur les génériques, m'expliqua-t-il. Pourtant, soyez convaincu que ce sont des médicaments tout court ! Dans les autres pays voisins européens, on ne se pose pas autant de questions. » Effectivement, quand en 2013 les médecins prescrivaient 48 % de génériques au Royaume-Uni, 51 % en Allemagne et 63 % au Pays-Bas, en France, on atteignait à peine 40 %. L'objectif de la ministre de la santé est d'atteindre 50 % d'ici trois ans.

 

Pourtant, 8 Français sur 10 déclarent avoir utilisé des génériques et ils sont 93 % des utilisateurs à en être satisfaits*. « Quant à nous dans les pharmacies, me confirme mon pharmacien, nous pouvons remplacer un médicament de référence prescris par un générique, c'est ce qu'on appelle la substitution et à 99 %, nous en sommes satisfaits. Le générique fait bien partie de notre quotidien ».

Alors, pourquoi les préjugés perdurent-ils ? En effet, le grand public fait peu confiance à ces médicaments génériques (6,8/10). Pire, les médecins sont encore plus prudents (6,6/10) alors que 82 % des généralistes choisissent des génériques quand ils sont malades ! « Comme souvent, remarque mon pharmacien, c'est à cause d'un manque de connaissance. Pourtant, les génériques sont aussi sûrs que les autres médicaments ».

 

Efficaces et bien tolérés

La dernière campagne a heureusement conforté ce statut de médicament à part entière pour le générique. Tout comme le princeps, c'est bien un concentré d'expérience et d'expertise, un produit efficace et sûr, mais en plus, il est économique et citoyen.

Comme me l'a rappelé mon pharmacien, « pour obtenir la qualité de « médicament générique », une spécialité doit prouver sa bioéquivalence avec la spécialité d'origine.

Cela signifie que la quantité de principe actif disponible dans le sang est similaire et que la vitesse à laquelle ce principe actif atteint la circulation sanguine est également similaire.  L'efficacité thérapeutique et la sécurité d'emploi identiques sont ainsi garanties, même si la présentation du médicament ou la forme du principe actif sont différentes ».

 

De nombreuses études ont démontré qu'il n'existe globalement aucune différence, y compris pour les médicaments à marge thérapeutique étroite. Ainsi l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a certifié une absence de supériorité des médicaments d'origine par rapport aux médicaments génériques.

De son côté, l'Assurance Maladie a publié les résultats d'une étude menée sur 100 000 patients pendant 2 ans afin de comparer l'efficacité du princeps de la simvastatine avec celle de ses spécialités génériques. L'étude a montré qu'il n'y a aucune différence d'efficacité sur la prévention de survenue de décès, d'infarctus et d'AVC.

 

Il ne fait donc aucun doute d'efficacité équivalente entre spécialités d'origine et les génériques. L'objectif des pharmaciens consiste bien à tout faire pour ancrer définitivement l'usage des médicaments génériques dans la vie quotidienne des Français.

 

Théodore Crosnier

 

* enquête BVA de février 2016

 

""