Anxiété et vie courante


VPVC142 – –

Anxiété et vie courante

Qui n'a pas fait au moins une fois l'expérience de l'anxiété ? Emotion normale, véritable avertisseur de danger, elle peut parfois s'installer sur un mode chronique et être si intense qu'elle paralyse le sujet. Petite revue de l'anxiété et de ses conséquences au cours de la vie courante.

 

""

Quelles différences entre peur, anxiété et stress ?

La peur est une émotion liée à un danger réel, précis, objectif, « compréhensible ». L'anxiété ou angoisse est une peur intense, durable, incompréhensible par un tiers. On la dit alors pathologique car démesurée par rapport à l'objet. Mais au-delà de cette définition, l'idée d'anxiété est devenue banale. Tant et si bien que chacun évoque le caractère « anxiogène » de la vie courante pour expliquer ses propres difficultés face aux situations et se plaint d'être « stressé ».

 

Qu'est ce que le stress ?

D'un point de vue physiologique, le stress est une réponse normale de l'organisme aux agressions physiologiques ou psychologiques. C'est le processus normal d'adaptation de l'organisme dans le but de préserver les paramètres vitaux : fréquence cardiaque, pression sanguine, taux d'hormones dans le sang,...

 

Pourquoi le stress à répétition fatigue-t-il ?

Au moment du stress, le c'ur s'accélère, le tonus musculaire augmente, le taux de sucre dans le sang baisse' Toutes ces modifications sont dues à la sécrétion d'adrénaline (hormone sécrétée par les glandes surrénales). Le stress, en mobilisant les grandes fonctions de l'organisme, augmente la consommation d'énergie comme au cours d'un effort physique intense. Ceci explique le « fameux coup de barre » que tout le monde connaît à la fin d'une situation stressante.

Les capacités du sujet s'amenuisent et celui-ci ressent la fatigue, il devient susceptible, coléreux. À la longue, un état permanent d'anxiété, voire une véritable dépression, peuvent s'installer. C'est pour cela qu'il ne faut pas laisser perdurer un état de stress prolongé et qu'il faut apprendre à gérer son stress.

 

Qu'est-ce que l'anxiété généralisée ?

Les spécialistes définissent l'anxiété généralisée par la présence quotidienne, pendant plusieurs mois consécutifs (> 6 mois) des symptômes suivants : anxiété excessive, persistante et irrationnelle touchant la plupart des situations de la vie quotidienne, difficultés majeures à « se raisonner » et à contrôler ses préoccupations excessives, auxquelles s'ajoutent 3 au moins des 6 éléments suivants : agitation, fatigabilité, difficultés de concentration et trous de mémoire, irritabilité, myalgies, troubles du sommeil.

On voit qu'il s'agit d'une véritable maladie chronique qui ne doit pas être confondue avec le stress de la vie quotidienne, ni avec l'anxiété en lien avec une affection médicale générale (hyperthyroïdie, phéochromocytome, hypoglycémie), un événement stressant (séparation, décès d'un proche, annonce d'une maladie grave, etc.) ou des erreurs hygiéno-diététiques (abus de café, d'alcool ou usage de stupéfiants).

 

Quels en sont les symptômes ?

Les symptômes sont variables d'un individu à un autre et d'un moment à un autre.

On distingue d'abord les symptômes psychologiques : état de tension intérieure pénible, sentiment permanent d'insécurité, sentiment d'attente d'événements négatifs, appréhension de catastrophes personnelles, troubles de la concentration'

'mais aussi les manifestations somatiques : tremblements fins des extrémités, hyper-réflexivité tendineuse et tendance à l'hyperactivité motrice, troubles du sommeil, manifestations cardio-respiratoires, troubles digestifs.

 

L'anxiété généralisée est-elle fréquente ?

On estime à 4 % de la population française les sujets présentant un état anxieux généralisé. Il est deux fois plus fréquent chez les femmes.

S'il semble être associé à des événements de vie tels que le divorce ou la perte d'emploi, il peut aussi être associé à une dépression avec laquelle il ne doit pas être confondu.

Son impact social ou professionnel peut être important en cas de forte intensité des symptômes ou passage à la chronicité.

 

 

Ne pas confondre

La peur : phénomène psychologique, émotion qui survient avec la prise de conscience d'un danger ou d'une menace, réels ou imaginaires.

Le stress : est une réponse de l'organisme aux agressions physiologiques et psychologiques, laquelle permet l'adaptation et la préservation des fonctions biologiques.

L'angoisse : malaise psychique et physique induit par la crainte de l'imminence d'un danger. Elle s'accompagne de signes et de sensations somatiques : serrement de gorge, sueurs, brûlures d'estomac'

 

Apprendre à gérer son stress

Tout d'abord, il faut savoir s'accorder des pauses. Pauses courtes au cours de la journée tels qu'exercices de relaxation, de respiration, de relâchement musculaire' Tous ces exercices peuvent s'apprendre dans un club de gym en quelques séances.

Pauses plus longues avec la pratique régulière d'un sport. De ce point de vue, la natation est à recommander. Nul besoin d'une longue expérience pour prendre plaisir à sa pratique. La relaxation musculaire et nerveuse qu'elle procure est immédiate. De plus, petit à petit, elle remuscle les membres, le dos, sans efforts articulaires, ce qui est très bénéfique pour les douleurs comme les lombalgies. Elle stimule également en douceur le c'ur et redonne du souffle. Alors quand s'y remet-on ?

Enfin, pauses longues avec changement d'univers pendant quelques jours peuvent créer un choc salutaire. C'est le rôle des week-ends et des vacances. Rompre avec ses habitudes, c'est prendre du recul et remettre sa vie dans une perspective positive, propice à une meilleure maîtrise des situations de stress.

 

 

Iconographie Phovoir/Atelier Frantz Lecarpentier

 

 

""