La rhinite saisonnière


VPVC145 – Mars 2018 – Crédit photo Phovoir

Le printemps est de retour et avec lui les pollens. Pour l’allergique, cela est synonyme d’éternuements, de nez qui coule… en un mot de rhume des foins.

 

Allergie, rhinite, rhume des foins sont des termes équivalents. Vrai ou Faux ?

Faux – Attention, le terme de rhinite désigne une inflammation de la muqueuse nasale. Elle peut être due à une infection (c’est la rhinite de l’hiver, souvent d’origine virale) ou à une allergie (réaction exagérée de notre organisme qui peut toucher beaucoup d’autres organes comme la peau). Dans ce cas on est face à une rhinite allergique qui, si elle survient au printemps, sera appelée rhume des foins ou, mieux, rhinite saisonnière.

 

L’allergie est une réaction normale de notre organisme. Vrai ou Faux ?

Faux - L’allergie est une réaction exagérée de notre organisme contre des substances étrangères, les antigènes. En l’occurrence, au printemps, ce sont les pollens qui sont incriminés.

 

La rhinite allergique est une pathologie sévère. Vrai ou Faux ?

Faux - La rhinite allergique n’est pas habituellement une maladie sévère. Par contre, elle altère la qualité de vie, les performances scolaires et la productivité au travail. La rhinite allergique concerne en Europe 10 à 15 % de la population, avec une augmentation de 300 % en vingt ans.

 

La rhinite saisonnière donne des symptômes variables selon les individus. Vrai ou Faux ?

Vrai - La rhinite saisonnière provoque essentiellement un écoulement nasal et/ou un prurit nasal, une obstruction, des éternuements, une conjonctivite. Le diagnostic de rhinite saisonnière est porté en présence d'au moins deux de ces symptômes.

Généralement, les symptômes nasaux apparaissent dans les cinq à dix minutes après le contact avec l’allergène et l’obstruction nasale après cinq à huit heures.

 

Une rhinite allergique peut se transformer en asthme. Vrai ou Faux ?

Faux, mais attention - La rhinite est une maladie inflammatoire des voies respiratoires, l’asthme aussi. Ceci explique qu’il existe un lien entre asthme et rhinite allergique (RA) : 80 % des asthmatiques présentent ou ont présenté une RA, et 15 à 40 % des sujets atteints de RA ont présenté des crises d'asthme. Toutefois ou ne peut pas dire que la rhinite fasse le lit de l’asthme.

 

Il faut d’abord traiter les symptômes. Vrai ou Faux ?

Vrai - Les traitements symptomatiques s’opposent aux manifestations cliniques de la maladie. Ils bloquent la libération ou les effets d’un ou de plusieurs médiateurs impliqués dans la réaction allergique, comme l’histamine. Le traitement symptomatique de la rhinite saisonnière fera appel d’abord aux antihistaminiques H1, éventuellement aux corticoïdes.

 

La désensibilisation est le traitement de fond de la rhinite allergique. Vrai ou Faux ?

Vrai - Le traitement de fond repose essentiellement sur l’immunothérapie spécifique ou désensibilisation. Celle-ci consiste à donner de petites quantités d’allergène pour que l’organisme apprenne à ne plus réagir à cet allergène. Il s’agit d’un processus thérapeutique proche de la vaccination. Les résultats sont très souvent spectaculaires, mais une cure de désensibilisation est assez contraignante.