Le retour d'hospitalisation


VPVC145 – Mars 2018 – Crédit photo Phovoir

A l’hôpital ou à la clinique, la sortie après une opération est de plus en plus rapide. Les patients, eux-mêmes souhaitent rentrer chez eux dès que possible. Encore faut-il que cela se passe dans de bonnes conditions car sinon le risque d’un retour en établissement de santé n’est pas rare. Votre pharmacien est naturellement compétent pour vous aider à vivre un maintien à domicile dans de bonnes conditions.

 

Récemment un ami a subi une opération. En l’appelant le jour même, je constate qu’il est déjà de retour chez lui. « Oui, me dit-il, je suis allé en service de jour et ils m’ont relâché en fin d’après-midi, avec une ordonnance pour la pharmacie et une autre pour du matériel médical. D’ailleurs, est-ce que cela ne te dérange pas d’aller à la pharmacie car Catherine (son épouse) rentre tard ce soir ? ». J’accepte volontiers et une fois l’ordonnance récupérée, je me rends à la pharmacie de mon ami.

 

« Dommage que l’hôpital ne nous ait pas télétransmis l’ordonnance de Monsieur Martin avant, me confie  le pharmacien, car il y a un médicament prescrit dont je n’ai qu’une boîte. Il faudra revenir mais, fort heureusement, il peut commencer son traitement dès ce soir. » 

Après avoir donné rendez-vous au pharmacien pour le lendemain matin, je retourne chez mon ami. Et là, quelle n’est pas ma surprise de voir sa chambre envahie de matériels et de cartons !

 

Fort dépité, il est allongé sur un lit médicalisé, il y a dans la pièce un grand fauteuil, une table de service pour ses repas, un déambulateur, des cannes anglaises et trois ou quatre cartons entassés le long du mur. « Tu as vu, je ne peux pratiquement plus me déplacer dans la chambre » ! « J’imagine la tête de Catherine quand elle va rentrer », lui dis-je en riant. Il m’explique alors qu’une société, soit disant spécialisée, lui a livré tout ce matériel en lui précisant bien qu’il serait remboursé. Je laisse mon ami se remettre de ses émotions en l’informant que je repasse demain avec la boîte manquante.

 

Quand je reviens à la pharmacie, je raconte l’envahissement subi par mon ami et demande au pharmacien, « est-ce bien nécessaire tout ce matériel ? ». «  Vous savez ces sociétés ont surtout une vision commerciale de leur métier». « Comment se fait-il que vous ne rendiez pas ce service ? »,  lui dis-je. « Mais, les pharmacies peuvent tout à fait assurer la prise en charge des patients en sortie d’hospitalisation, me répond-il. D’ailleurs, un récent sondage a révélé qu’à 90 %, lors de leur retour à domicile, les patients veulent être pris en charge par leur pharmacien pour le matériel (lit médicalisé, aérosol, fauteuil, etc.), de perfusions ou d’oxygène et qu’ils demandent aussi à être suivis par leur infirmière. Mais ces sociétés happent souvent les patients sans même leur demander leur accord. »

 

Je lui fais alors remarquer que « les sorties de l’hôpital se font le plus souvent sans que le choix du malade soit respecter. J’imagine vous connaissant, que vous auriez une attitude plus éthique ». « Nous connaissons les personnes , me répond le pharmacien, nous assurons leur suivi au long terme et non juste pour une fois. Par ailleurs, nous pouvons nous déplacer à domicile autant que nécessaire de manière à vérifier que tout se passe pour le mieux. Enfin, nous sommes souvent en relation avec les soignants du patient pour une bonne coordination de ses soins ».

Pour conclure, le pharmacien m’explique qu’il va prochainement accéder à une plateforme de coordination interprofessionnelle pour les professionnels de santé, à la ville et à l’hôpital, leur permettant de communiquer entre eux de manière rationnelle et efficace. Ainsi, grâce à monali.fr le patient bénéficiera d’une nouvelle organisation des soins avec l’infirmière, le médecin, le pharmacien de son choix qui seront connectés ensemble.