Une douche par jour, est-ce trop ?


VPVC147 – Juillet Août 2017 –

La rumeur s’est répandue : il faut espacer les douches pour éviter les problèmes de peau. De là à conclure qu’il ne faut plus se laver, il y a un pas que certains se sont empressés de franchir… du moins en paroles. Un point s’impose.

 

La peau est en contact avec l’extérieur. Pour se protéger du dessèchement et des agressions microbiennes, elle fabrique un film lipidique (gras) qui la recouvre intégralement.

Ce film lipidique agglomère les salissures que le contact avec le monde extérieur ne manque pas d’apporter, sans compter le produit de la dégradation des bactéries présentes sur la surface de la peau.

Au final, la peau se salit et chacun a pu le constater ne serait-ce qu’à l’odeur ou après un effort physique. La question ne se pose même pas, le soin de la peau est depuis toujours un sujet de préoccupation pour les humains.

 

L’origine de la rumeur

Venue des Amériques, une rumeur s’est répandue : trop se laver finirait par produire une irritation de la peau en perturbant le système immunitaire et la flore cutanée, c’est-à-dire les « bons » microbes qui cohabitent à la surface de la peau (le microbiote).

Pour les tenants de cette hypothèse, il faut diminuer les douches tout en continuant de laver certaines zones quotidiennement -aisselles, pieds et parties intimes- pour limiter les odeurs désagréables.

 

Est-il dangereux de se doucher tous les jours ?

La réponse est non. La peau se renouvelle, se répare et conserve une structure stable, et ce malgré les agressions permanentes de l’environnement. Au final, un lavage doux sera toujours moins agressif que les rayons du soleil, l’action du vent ou le contact avec les polluants.

Si certaines personnes ont la peau plus facilement irritée, il n’en demeure pas moins que celle-ci se salit comme celle des autres. Comme toujours, tout est affaire de bon sens et d’équilibre. En période estivale ou en cas de pratiques physiques intenses, on transpire et le besoin de prendre une douche se fait sentir plus souvent. Dans d’autres périodes, on pourra se contenter d’un lavage quotidien des zones sensibles et de douches espacées.

 

La douche est-elle nocive pour le microbiote ?

Là encore, une réponse négative s’impose. Il n’existe pas de preuves scientifiques démontrant que le lavage fréquent détruirait le microbiote, c'est-à-dire les bactéries qui vivent à la surface de la peau et assurent son bon fonctionnement.

Le lavage débarrasse la peau de bactéries (bonnes ou mauvaises), mais pour une courte période seulement. Les bactéries qui sont délogées sont vite remplacées par la multiplication de celles qui restent.

 

Et pour le système immunitaire ?

Toujours non. Cette hypothèse repose sur la constatation que les allergies ont augmenté avec les progrès de l’hygiène. Les spécialistes pensent maintenant que cette augmentation est corrélée à celle des polluants caractéristiques du monde moderne et à la multiplication des voyages, donc des contacts avec des substances plus nombreuses.

 

Conclusion en forme de conseil de bon sens

Une douche par jour, pas trop longue et avec de l’eau pas trop chaude permet de se débarrasser de la saleté, du sébum ou de la sueur sans agresser la peau et sans l’assécher.

Si vous pratiquez un sport, n’hésitez pas à prendre tout de même une deuxième douche tiède pour débarrasser la peau des toxines évacuées lors de l’effort, mais pas davantage, au risque d'abîmer votre peau.

Si votre peau est facilement irritée, passez à une douche tous les deux jours et utilisez des produits adaptés à votre type de peau. Votre pharmacien saura vous conseiller les produits qui vous conviennent le mieux.