La vaccination contre la grippe en pharmacie


VPVC148 – Septembre Octobre 2018 – Votre Pharmacien Vous Conseille

Dans le cadre des nouvelles missions confiées aux pharmaciens d’officine, la vaccination antigrippale sera étendue à l’échelon national dès la saison hivernale 2019-2020. Après la belle réussite de l’hiver dernier en Auvergne-Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine, deux autres régions, les Hauts-de-France et l’Occitanie, ont été sélectionnées pour poursuivre l’expérimentation cette année.

 

 

Comme souvent, avant de lancer une nouvelle mission, les pouvoirs publics avaient décidé de mener une expérimentation de la vaccination antigrippale par les pharmaciens d'officine.  Deux régions, l’Auvergne-Rhône-Alpes et la Nouvelle-Aquitaine ont servi de premiers pilotes. Les résultats sont plus que satisfaisants tant du point de vue des pharmaciens que du Ministère de la santé. Mon pharmacien qui n’a pas participé à cette première phase suit de près cette nouvelle activité proposée aux pharmaciens. « En fait, m’explique-t-il, près de 160 000 personnes ont été vaccinées contre la grippe dans quelque 3 000 pharmacies pendant l’hiver 2017-2018. C’est quatre fois plus que la prévision initiale de 30 000 à 40 000. Tout c’est bien passé, c’est un résultat très positif. »

 

Le Ministère des Solidarités et de la Santé  partage sans aucun doute cette analyse, puisque l’expérimentation sera étendue, dès l'automne, à deux nouvelles régions, les Hauts-de-France et l’Occitanie. C’est la deuxième phase de l’expérimentation avant une application à l’échelle nationale de la vaccination antigrippale en officine, dès la saison hivernale 2019 - 2020. Comme le souligne mon pharmacien, « cette amélioration de la couverture vaccinale antigrippale ne s'est pas faite au détriment des médecins, puisque les statistiques montrent que nous ne nous sommes pas substitués à eux, mais que nous avons facilité l'accès des patients. Notre action se réalise en complète complémentarité avec les infirmières et les médecins. Pour le gouvernement, la promotion de la santé et la prévention constituent le premier axe de la Stratégie nationale de santé 2018 – 2022 et la pharmacie a un rôle important à jouer. »

 

La rémunération des pharmaciens pour la vaccination se fait au tarif modeste de quatre euros par patient, cela atteste d’une motivation de la profession qui n'est pas d'ordre économique. L’objectif est bien de montrer que les pharmaciens sont des acteurs directs de la santé, en particulier dans les territoires peu denses. « Ce positionnement est important, poursuit mon pharmacien. Vous savez, la vaccination à la pharmacie se limite aux patients chez qui le vaccin est recommandé donc ceux de plus de 65 ans et les patients souffrant de certaines pathologies. Les femmes enceintes et les personnes qui se font vacciner pour la première fois en sont exclus. Nous n’empiétons donc pas sur le rôle des autres professionnels de santé ».

 

Tout comme en France, dans les pays où la vaccination par les pharmaciens est autorisée, la couverture vaccinale s’améliore de façon tangible. C’est bien un encouragement à continuer. Enfin, seuls les pharmaciens, titulaires et adjoints, qui le souhaitent participent à la vaccination antigrippale. Cependant, ils doivent impérativement suivre une formation théorique et pratique et obtenir l’autorisation de l’agence régionale de santé (ARS). « Je me suis déjà inscrit pour la formation de manière à être prêt l’année prochaine, conclut mon pharmacien. Un confrère, qui exerce dans une zone semi-rurale de Nouvelle-Aquitaine, m’a dit que les patients sont très contents, ils trouvent cela très pratique de pouvoir se faire vacciner tout de suite. Je suis certain que nous œuvrons ainsi pour le bien de la santé publique. »

 

Théodore Crosnier