Faites confiance aux génériques


VPVC149 – Novembre Décembre 2018 – Votre Pharmacien Vous Conseille

Depuis 1999, votre pharmacien vous propose de substituer un médicament générique à celui prescrit par le médecin. Le recul de plusieurs dizaines d’années, en France et dans de nombreux pays du monde, lève toutes les craintes que certains pouvaient avoir au début de la substitution. L’immense majorité des patients n’a plus de réticences et fait confiance aux génériques.

 

Les génériques sont soumis au même encadrement contraignant que les médicaments princeps. Cela garantit leur qualité, leur efficacité et la sécurité des patients. Ils sont contrôlés à toutes les étapes, depuis leur conception jusqu’à la dispensation en pharmacie. L’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) est responsable des autorisations de mise sur le marché (AMM) et du suivi des éventuels effets secondaires. « Les médicaments génériques sont avant tout des médicaments, me précise mon pharmacien quand je l’interroge sur les craintes parfois exprimées sur les génériques. Ils sont fabriqués dans les mêmes conditions et même souvent dans les mêmes usines ».

Je lui demande alors si les réticences ne viennent pas du fait que le générique est présenté comme moins cher que le médicament d’origine. Et qui dit moins cher, pense de moins bonne qualité !  « La mise en place des génériques a pour but de faire des économies, me précise mon pharmacien. Le prix est en effet, en moyenne, de 30 % inférieur à celui du médicament d’origine. Pour autant, ce ne sont pas des médicaments au rabais. Simplement, comme ils sont conçus à partir de molécules existantes, ce qui permet de réduire les frais de recherche et développement. Il est possible alors de proposer un prix plus bas. »

Je lui pose la question sur les résultats de cette substitution : est-ce qu’effectivement, cette politique de proposer des génériques porte ses fruits ? Mon pharmacien me répond avec un large sourire, « les génériques génèrent une économie de 1,6 milliards d’euros par an. Il est ainsi possible de prendre en charge de nouveaux traitements souvent onéreux, comme les traitements anticancéreux. Par ailleurs, les traitements les plus innovants peuvent ainsi bénéficier des efforts de recherche ».

« Admettons, lui dis-je, pourtant il n’est pas rare d’entendre une personne déclarer que le générique est moins efficace ou une autre dire qu’après avoir pris un générique, elle a ressenti des effets indésirables qu’elles n’avait jamais eu avec son médicament habituel ! » Une nouvelle fois, mon pharmacien sourit et me répond, « j’ai effectivement ce genre de remarques de la part de certains patients. Sans mettre en doute leur bonne foi, il convient de relativiser. D’autres facteurs peuvent expliquer une baisse d’efficacité comme la maladie qui fluctue, une variabilité individuelle ou une observance moins sérieuse. Je propose toujours à mon patient d’essayer à nouveau en faisant attention d’être dans les meilleures conditions possibles ».

« Oui, mais pour les effets secondaires, ils sont bien là ! », lui dis-je. Mon pharmacien m’explique alors que tous les médicaments peuvent présenter des effets indésirables. « En général, les médicaments génériques ne contiennent pas d’excipient ayant provoqué une allergie. De plus, il existe de nombreuses études scientifiques qui comparent l’efficacité et la sécurité des médicaments génériques avec celles des médicaments d’origine. Globalement, ces études ne montrent aucune différence. »

Comme pour tout ce qui concerne le médicament, n’hésitez pas à interroger votre pharmacien. C’est le moyen le plus simple d’être rassuré et de veiller en toute sécurité sur votre santé.

Théodore Crosnier