Assurer une bonne rentrée à toute la famille


VPVC154 – Septembre Octobre 2019 – Votre Pharmacien Vous Conseille

La rentrée est généralement une période de stress. Le retour des contraintes de la vie, du travail et de l’école perturbe les habitudes de liberté prises durant les vacances. Pas d’inquiétude, mais quelques vérités sont bonnes à rappeler afin de guider toute la famille.

 

 

Il faut rapidement reprendre un bon rythme de vie. Vrai ou Faux ?

Vrai – Dès le retour à la maison et avant la rentrée scolaire, habituez vos enfants à se coucher de nouveau à des heures plus normales et stables. Ainsi, ils s’habitueront avant la rentrée et ils récupéreront un bon sommeil. Idem pour les parents. Veillez tard comme en vacances alors que le réveil va sonner tôt le lendemain, c’est rapidement prendre du retard de sommeil et perdre le bénéfice des vacances.

 

Il faut réadapter le régime alimentaire. Vrai ou Faux ?

Vrai – Le rythme de repas comme le rythme du sommeil est important pour la qualité de vie et une bonne santé. Donc, si en vacances les « dérapages » sont sans grandes conséquences, car occasionnels et compensés par une activité physique plus soutenue, il n’en va pas de même en période d’activité professionnelle ou scolaire.

À la maison, on mange à heure fixe, tous ensemble, des plats préparés en famille. (Cf. la page « Brèves » sur les inconvénients des plats industriels). Ceci peut paraître « vieux jeu » mais tous les spécialistes s’accordent à dire qu’un repas bien équilibré, pris en famille, apporte la juste alimentation et la communication indispensable entre tous les membres de la famille. Ceci permet d’anticiper bien des problèmes avec les ados en particulier.

 

Le travail scolaire ne doit pas être une source de stress. Vrai ou Faux ?

Vrai – Arrêtons de « stresser » inutilement les jeunes. Comme le montre une étude internationale, le travail scolaire n’est pas une source de stress. Plus de trois quarts des collégiens (79 %) se déclarent peu ou pas stressés par leur travail scolaire. Les garçons se déclarent, par ailleurs, largement moins sujets au stress que les filles.

Par contre, près d’un jeune sur cinq trouve excessif le niveau des exigences scolaires (travail scolaire perçu comme difficile ou fatigant). Là encore dialogue, dialogue… et que les parents ne projettent pas leurs propres ambitions sur leurs enfants, mais aident ceux-ci à découvrir les leurs.

 

L’activité physique est globalement insuffisante. Vrai ou Faux ?

Vrai – Ceci est particulièrement vrai pour la majorité des adultes, n’y revenons pas. Pour les jeunes, il est recommandé de pratiquer une heure d’activité physique (utilitaire ou de mobilité) 5 à 6 jours/semaine. Selon les enquêtes disponibles, les jeunes ne pratiquent en moyenne qu’une heure d’activité physique 3 à 4 jours par semaine.

Ainsi, seuls 31 % d’entre eux présentent une activité physique suffisante au regard de ces critères. Chiffres à mettre en rapport avec ceux concernant les troubles somatiques, l’anxiété et les troubles du sommeil.

 

Il faut organiser un climat de sérénité avec les enfants et ados. Vrai ou Faux ?

Vrai - Les plaintes avancées par les ados sont d’ordre somatique ou anxio-dépressif, ce qui est relativement banal à l’adolescence. D’un point de vue somatique, ce sont des maux de tête, des douleurs lombaires ou souvent abdominales, au plan psychique, des difficultés d’endormissement, une irritabilité, une nervosité ou une déprime sont souvent incriminés.

Il convient donc de détecter ces signes et d’orienter le jeune en difficulté rapidement vers le médecin de famille, voire le psychologue de l’école si nécessaire.

 


Photo Phovoir