L’alimentation de la personne âgée


VPVC155 – Novembre Décembre – Votre Pharmacien Vous Conseille

Ce n’est pas parce qu’on vieillit qu’on n’a plus besoin de manger. Le vieillissement de la population et surtout l’isolement font que l’alimentation devient un problème essentiel de santé publique. L’entourage doit s’emparer de cette question pour le bien-être de nos ainés.

 

D’abord deux constats

L’organisme a besoin, en dehors de toute activité, d’une quantité d’énergie dite basale et de substances telles que les vitamines pour assurer son bon fonctionnement.

Avec l’âge, on perd l’appétit. On sait maintenant que le vieillissement entraîne une perte du goût et de l’odorat qui sont les deux sens favorisant l’appétit. Ceci explique que les personnes âgées disent souvent : « je n’ai pas faim, ça n’a pas de goût ».

 

Premier conseil, stimuler l’appétit

En dehors de l’activité physique (Cf. encadré), le rituel du repas doit être maintenu car c’est la meilleure façon de s’alimenter régulièrement. Donc attention aux personnes seules qui sautent souvent des repas.

Bien mieux, il faut encourager la préparation et la présentation des plats. Pour compenser la perte du goût et de l’odorat, il est recommandé d’augmenter l’usage des épices et des aromates. Cuisiner ses repas est aussi une bonne façon de solliciter l’activité physique. En outre, privilégier les aliments appréciés par la personne âgée, en gardant un équilibre des apports bien sûr.

 

Deuxième conseil, adapter les besoins nutritionnels

À partir de 70 ans, les besoins énergétiques se maintiennent en moyenne à 2 600 kcal/jour pour les hommes et à 2 100 kcal/jour pour les femmes. C’est essentiellement le rôle des féculents.

Les besoins en protéines sont facilement évaluables : 1g par kilo et par jour. Une personne de 65 kg consommera environ 70 grammes de protéines par jour (60 % de protéines animales et 40 % végétales).

Si la recommandation de 5 fruits et légumes par jour (environ 400 grammes) est importante, c’est que ceux-ci, surtout s’ils sont frais, apportent les vitamines nécessaires.

Pour les os, ne pas oublier le calcium (produits laitiers) et la vitamine D (poissons gras et œufs).

Enfin ne pas oublier de boire, au moins un litre et demi par jour : eau et jus de fruits. L’alcool en très petites quantités, pour le plaisir seulement.

 

 

L’activité physique protège des maladies liées au vieillissement

Si les besoins énergétiques diminuent avec l’âge, l’activité physique en augmentant les métabolismes, favorise l’appétit. Cette activité contribue de plus à la protection contre un grand nombre de maladies comme l’ostéoporose et le déclin cognitif. Il ne s’agit pas de faire du sport mais de bouger.

À défaut de jardinage, de promenade quotidienne, il faut encourager les activités à la maison et faire autant que possible sortir la personne du fauteuil.

Si toutefois ceci n’est pas possible, il est alors recommandé de diminuer légèrement les portions pour certains aliments sauf les fruits, légumes, poissons, mollusques, crustacés et féculents complets afin de couvrir les besoins nutritionnels.