L'herpès labial


VPVC99 – –

 

L'herpès labial

L'herpès labial est appelé 'bouton de fièvre' car il se caractérise par l'apparition de vésicules (cloques) en bouquet, sur ou autour des lèvres, accompagnés parfois d'une poussée de fièvre.

 

""

Qu'est-ce que le bouton de fièvre ?

Le vrai bouton de fièvre, aussi nommé "feu sauvage", est un petit bouquet de vésicules jaunâtres au             bord d'une lèvre ou d'une narine, qui brûle un peu, démange beaucoup et suinte plus ou moins. C'est une lésion banale mais récidivante et surtout, contagieuse. Remplies de liquide, les vésicules finissent par éclater, puis elles forment une croûte et disparaissent sans laisser de trace. L'apparition des lésions est précédée de quelques heures à quelques jours par des signes annonciateurs : picotements, brûlure, engourdissement de la lèvre' Ces signes sont importants à connaître, car dès leur apparition, il est indispensable de prendre le traitement prescrit par le médecin traitant. L'ensemble de ces symptômes disparaît, en moyenne, en sept à dix jours.

Le bouton de fièvre est la forme particulière d'une affection qui peut atteindre différents organes et appelée 'herpès'.

 

Qu'est-ce que l'herpès ?

L'herpès est une maladie virale contagieuse et qui revient par poussées. Cette maladie, connue depuis l'Antiquité atteint différents organes : la bouche (gencives ou lèvres), les yeux et les organes génitaux. Le virus responsable de l'herpès appartient à la famille des Herpes viridæ qui regroupe de très nombreux virus.

 

A quoi est du ce bouton de fièvre ?

Il existe 2 types de virus responsables de l'herpès. Le virus de type 1 est responsable de la majorité des herpès situés au-dessus de la partie supérieure du corps, donc de l'herpès labial, mais aussi d'autres parties du visage, comme les yeux, le nez, le menton. Le virus de type 2 est responsable le plus souvent de l'herpès génital ou herpès des organes sexuels.

On ne peut pas supprimer définitivement ce virus, mais grâce aux traitements et à quelques règles simples d'hygiène de vie, on peut apprendre à anticiper les crises et vivre avec.

 

L'herpès est-il contagieux ?

L'herpès est évidemment une maladie très contagieuse et le risque de contagion est maximal pendant les poussées. Le premier contact de l'organisme avec le virus passe inaperçu dans 90% des cas. Une fois dans l'organisme, le virus se multiplie dans le tissu infecté puis se transporte vers un ganglion nerveux à l'arrière du cou, où il s'installe pour la vie. Ceci veut dire qu'un sujet infecté le sera pour la vie et qu'il est susceptible de souffrir de nouvelles poussées à tout moment.

Est-ce une infection fréquente ?

L'infection au VHS-1 est très répandue. Selon la région du globe, de 50 % à 90 % de la population aurait des anticorps contre ce virus. Les anticorps servant à lutter contre l'infection, cela signifie que ces personnes ont été infectées par le virus, donc qu'elles en sont porteuses. Selon un sondage réalisé en France, environ 15 % des répondants ont affirmé avoir eu au moins un épisode d'herpès labial durant l'année précédente.

 

Comment se transmet le virus ?

La plupart du temps, l'infection se produit durant la petite enfance, d'une personne à une autre. En effet, le liquide contenu dans les vésicules est plein de virus. Lorsque les vésicules éclatent, le virus peut infecté un bébé, soit par contact direct avec les vésicules (baiser) ou avec des objets contaminés (verres, serviettes'). Les lésions sont contagieuses tant qu'elles ne se sont pas complètement asséchées.

On observe aussi des phases de réactivation du virus sans que n'apparaissent de lésions sur les lèvres. Il peut même arriver qu'une personne contracte l'herpès labial d'une personne qui ignore être porteuse du virus.

Plus rarement, le virus peut se transmettre des lèvres à d'autres parties du corps si les doigts touchent aux lésions, puis aux muqueuses des yeux (conjonctivite ou ulcère de la cornée), à l'intérieur de la bouche (gingivo-stomatite herpétique), au nez et aux organes génitaux (herpès génital).

Donc, précaution ! Attention au grattage, qui peut transporter le virus vers les yeux ou d'autres régions de la face.

 

Comment évolue l'herpès labial ?

Le premier épisode d'herpès labial est, la plupart du temps, asymptomatique. Par contre s'il y a des symptômes, ceux-ci sont souvent prononcés. Les lèvres et toute la muqueuse de la bouche peuvent être atteintes, à tel point que le sujet (souvent au stade de l'enfance) peut avoir des difficultés à avaler.

Durant les épisodes suivants, un picotement, une démangeaison, une sensation de brûlure ou un engourdissement sur le rebord des lèvres, avec sensation "d'enflure" sont les signes avant-coureurs. Une journée ou deux plus tard, un ensemble de petites vésicules rouges et douloureuses apparaissent.

Les symptômes peuvent réapparaître en tout temps. Pour des raisons qu'on ignore encore, certaines personnes n'auront pas de récidives. Au contraire, d'autres en auront quelques-unes ou plusieurs par année.

Quand faut-il consulter ?

Il est absolument conseillé de consulter en cas de lésions qui ne guérissent pas en une à deux semaines, de fièvre ou de symptômes très intenses durant un épisode d'herpès, si les récidives sont fréquentes, si les yeux deviennent sensibles à la lumière (signe que l'infection a gagné les yeux), ou en cas de maladie qui affecte le système immunitaire.

 

Existe-t-il des situations favorisantes ?

Une fois que le virus a été contracté, différents facteurs contribuent aux récidives de symptômes : l'anxiété, le stress et la fatigue, une fièvre, une exposition prolongée au soleil, des lèvres sèches.

Il faut savoir que des traumatismes locaux (un traitement dentaire, un traitement esthétique au visage, une coupure, une gerçure) sont souvent des facteurs favorisants. Classiquement, on évoque également les périodes menstruelles.

 

Peut-on prévenir l'apparition des épisodes ?

Puisque l'infection au virus est fort répandue et que de nombreux sujets sont contaminés durant l'enfance, il est très difficile de prévenir l'apparition des boutons de fièvre. Néanmoins, on peut adopter des mesures de précaution, en particulier éviter les situations dont on a observé qu'elles favorisaient l'apparition de l'herpès.

 

Quels sont les traitements ?

Selon les recommandations de l'Agence Français de Sécurité Sanitaire et des Produits de Santé (AFSSAPS), on peut proposer les conseils de traitement suivants.

Des traitements locaux sont disponibles et indiqués pour le traitement de l'herpès labial. Mais, comme tous les traitements de l'herpès, ils ne parviennent jamais à éliminer les virus 'dormants' (latents) et ne peuvent prévenir la répétition ou réduire la fréquence des crises d'herpès.

Cependant, ils peuvent réduire le temps de contagion, raccourcir la poussée et diminuer son intensité, car ils agissent sur le virus herpes simplex en bloquant sa multiplication.

Attention ! Pour une meilleure efficacité de ces traitements, il faut les utiliser le plus tôt possible, dès les signes avant-coureurs. Ces traitements sont inefficaces s'ils sont utilisés au stade de la cicatrisation (croûte). La durée habituelle de traitement est de 4 à 10 jours (jusqu'à l'apparition des croûtes, signe de cicatrisation).

Il existe d'autres traitements d'appoint ou traditionnellement utilisés dans le traitement de l'herpès labial. Parlez-en avec votre pharmacien et  votre médecin.

 

Mesures de précaution contre l'herpès labial

, Éviter d'embrasser quelqu'un qui a une éruption d'herpès labial, tant que les vésicules ne sont pas complètement sèches.

, Éviter d'utiliser des ustensiles ou des objets pouvant avoir été en contact direct avec la salive ou la bouche d'une personne infectée, surtout durant un épisode d'herpès.
, Éviter les contacts oraux/génitaux durant une éruption d'herpès labial ou génital chez son partenaire.
Icono AFL