Le dossier pharmaceutique dans 20 000 pharmacies


VPVC99 – –

Le DP dans 20 000 pharmacies

 

Chaque jour voit croître le nombre de possesseurs d'un dossier pharmaceutique.

On l'estime aujourd'hui à 300 000, preuve que ce  service est réel et' utile !


 

Les pharmacies, dans leur grande majorité, sont désormais aptes à ouvrir un dossier et en faire bénéficier l'ensemble de leurs clients. Plus de 90% des pharmaciens se déclarent d'ailleurs 'très favorables' à un nouvel outil qui sécurise la délivrance et sensibilise les patients à l'importance de l'observance. De toute l'évidence, même l'achat spontané d'un traitement en libre accès s'inscrit ainsi dans une logique plus rassurante pour le malade. Celui-ci sait que l'officinal possède toutes les informations nécessaires sur ces"" traitements habituels et peut dès lors le conseiller dans les meilleures conditions. Une mission' fondamentale !

Car le DP, outil professionnel avant tout destiné à sécuriser la délivrance au bénéfice de la santé des patients, recense, pour chaque bénéficiaire de l'assurance maladie qui le souhaite, tous les médicaments, prescrits ou conseillés par un pharmacien, au cours des 4 derniers mois. Il comporte uniquement l'identification, la quantité et la date de délivrance des médicaments. Par contre, pour des raisons de confidentialité évidentes, le prescripteur, le prix et la pharmacie de délivrance ne sont pas indiqués.

Cet outil de lutte contre les interactions médicamenteuses est informatisé, conduit et financé par l'Ordre des pharmaciens ; ce qui en garantit l'aspect éthique. Bien entendu, l'ouverture d'un dossier pharmaceutique est facultative et le patient peut en demander sa suppression à tout moment dans l'officine de son choix.?Il est de plus accessible aux enfants mineurs. Les premiers utilisateurs affichent déjà, à 98%, un niveau significatif de satisfaction*.

Comme me le confiait mon pharmacien récemment, 'le fait que le DP permette d'éviter les interactions médicamenteuses et favorise une meilleure sécurité lors de la délivrance des médicaments est sans doute le levier le plus important de l'adhésion observée. Mes patients concernés se rangent à cet avis. Ils y voient aussi le renforcement du conseil et de la proximité de l'équipe officinale'.

 

La Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) veille à la bonne utilisation du dossier pharmaceutique et informe même sur son fonctionnement par internet (http://www.cnil.fr).

On peut notamment y lire que 'le pharmacien chez lequel le patient ira acheter un médicament aura accès à la liste des médicaments lui ayant été délivrés au cours des 4 derniers mois. Ainsi, le logiciel du pharmacien calculera les risques d'incompatibilité de médicaments à partir de la liste des produits délivrés'.

Quant aux renseignements figurant dans le DP, ils sont également bien définis (nom, prénom, nom de naissance, sexe, date de naissance, n° de série de la carte vitale du patient). On y trouve également les informations identifiant le pharmacien et l'officine, ainsi que celles relatives aux médicaments délivrés, avec ou sans ordonnance, au cours des 4 derniers mois (noms des médicaments, quantités, dates de délivrance).

 

À fin 2010, l'objectif est de compter 20 000 pharmacies (sur les 22 500 existantes) raccordées. Et l'on risque fort de ne pas s'en tenir là car des plateformes sont actuellement développées à l'échelle internationale par Microsoft ! Il s'agit de proposer aux patients de créer gratuitement leur dossier médical en ligne et d'en gérer le partage entre les professionnels de santé de leur choix. Il convient tout de même de porter son attention à la sécurisation des données. Dans ce domaine, les pharmaciens et le DP proposé aujourd'hui peuvent servir de références.

Michel Crosnier

 

  • Enquête réalisée par le conseil de l'Ordre des pharmaciens en 2009

 

Icono AFL